Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

Rythmes scolaires : on en est où ???

vendredi 18 janvier 2013

Dans le département, les directeurs commencent à être réunis par leurs IEN pour discuter de cette réforme. Au niveau national, la réforme des rythmes est toujours âprement discutée. Sur ce dossier, le SNUipp porte pour les élèves des attentes ambitieuses mais aussi des exigences d’améliorations concrètes des conditions de vie professionnelles et personnelles des enseignants des écoles. Où en est-on aujourd’hui ?

- Le 8 janvier :
En ne recueillant que 5 voix sur plus de 60 votants, le projet de décret relatif à l’aménagement du temps scolaire a été désavoué par la communauté éducative au Conseil supérieur de l’Éducation. Le SNUipp-FSU a voté contre le texte ministériel. A cette heure, le compte n’y est pas, ni pour les élèves, ni pour les enseignants. Ce qui devait être une réforme emblématique de la Refondation se révèle être une grande déception.
- Lire : le SNUipp vote contre un texte bricolé et insatisfaisant

- Le 14 décembre :
C’est lors du CSE chargé de rendre un avis sur le projet de loi d’orientation, que le SNUipp-FSU a interpelé fermement le ministre au sujet des rythmes scolaires. Maintenant, ça suffit monsieur le ministre ! La cacophonie autour de ce dossier provoque dans les écoles incompréhension, inquiétudes, crispations, voire même de la colère (...)
- Lire : rythmes : ça suffit, monsieur le ministre !

- Le 10 décembre :
Pas sans les enseignants ! Alors que le 7 décembre, le SNUipp avait écrit publiquement aux maires de France pour qu’aucune décision ne soit prise sans l’avis du Conseil d’école concernant l’organisation du temps scolaire, le 10, il invite toutes les écoles à faire de même au niveau local.
- Lire : pas de changement sans conseil d’école

- Le 3 décembre :
En janvier, les discussions sur les obligations de service des enseignants doivent être finalisées. Le SNUipp porte sur ce dossier des exigences fortes qui devront être entendues par la rue de Grenelle.
- Lire : rythmes : les exigences du SNUipp-FSU

- Le 20 novembre : François Hollande annonce que la réforme des rythmes scolaires s’étalera sur deux ans. Pour le SNUipp-FSU, il faudra que les décisions des collectivités locales tiennent compte de l’avis des enseignants et qu’elles s’accompagnent de mesures fortes pour réellement transformer l’école.
- Lire : une nouvelle donne à clarifier

- Le 15 novembre : Des enseignants des écoles très partagés sur la réforme des rythmes, c’est un des enseignements de l’enquête que le SNUipp a proposé à toute la profession. Seule la moitié d’entre eux sont favorables au passage à la semaine de 4 jours et demi, et s’ils souhaitent un changement, c’est surtout sur la mise en place d’une alternance entre 7 semaines de classe et 2 semaines de vacances pour 85% d’entre eux. De même, 61% réclament des cours finissant à 15h30. C’est à l’occasion de la présentation de l’ensemble des résultats du questionnaire “Prenez la parole !” le jeudi 15 novembre, que le syndicat annonçait l’envoi d’une lettre au premier ministre, lui demandant de s’engager fermement pour que cette réforme soit une réussite pour l’école primaire, que le Président de la République a érigée en priorité de la Nation.
- Lire : réforme des rythmes :le SNUipp-FSU écrit à Jean-Marc Ayrault
- Lire aussi : attention à la grande déception

- Le 12 novembre : Le SE-UNSA, le SGEN-CFDT et le SNUipp-FSU s’adressent au ministre de l’Éducation nationale au sujet de la réforme des rythmes scolaires. A l’heure où il s’agit de construire une journée scolaire et éducative cohérente pour les enfants de l’école primaire, les trois organisations lui demandent notamment la mise en place urgente d’une table ronde réunissant les organisations des collectivités locales, des parents et des enseignants.
- Lire : rythmes : les syndicats écrivent à Vincent Peillon

- Le 13 novembre : C’est le lendemain 13 novembre qu’en réponse aux multiples interventions du SNUipp et à ce courrier intersyndical, le ministre annonçait la réunion d’une table ronde sur les rythmes avec les représentants des syndicats, des collectivités locales et des familles. Il annonçait dans le même temps l’abandon des scénarios avancés jusqu’ici. Tout restait donc à (re) faire.
- Lire : rythmes : tout reste à faire

- Le 15 octobre : le SNUipp est reçu par le ministre de l’Éducation nationale afin de faire le point sur les discussions entamées depuis le début de la semaine au sujet de la réforme des rythmes. Le syndicat lui a réaffirmé son désaccord avec les propositions mises actuellement sur la table et sa demande d’une reprise des discussions sur des bases qui permettent concrètement un raccourcissement de la journée scolaire.
- Lire : rythmes : et maintenant des discussions sérieuses, monsieur le ministre

- Le 16 octobre : La question complexe, et oh combien sensible, de la réforme des rythmes scolaires est dans le paysage public. Si les “petites phrases” distillées par le ministre de l’Éducation nationale depuis le printemps dernier avaient suscité bien des interrogations dans les salles des maîtres, on entre maintenant dans le vif du sujet...et des propositions. C’est en effet dans le cadre des premières négociations avec les organisations syndicales sur le projet de loi d’orientation, que Vincent Peillon a présenté le mardi 16 octobre un premier scénario de ce que pourrait-être sa réforme.
- Lire : le scénario du ministre

Confirmant la volonté présidentielle d’un retour à la semaine de quatre jours et demi, il a décliné une série de propositions, propositions qui pour le SNUipp ne favoriseront pas la réussite des élèves, pas plus qu’elle « n’amélioreront les conditions de vie professionnelle et personnelle des enseignants ». Dans un communiqué daté du 17 octobre, le SNUipp souhaite donc que débute au plus vite « un travail sérieux et approfondi dans le cadre de véritables négociations ».

- Lire aussi : le communiqué du SNUipp-FSU

Car son côté, le syndicat est bien décidé à porter ses propres propositions dans les discussions qui doivent s’ouvrir. Pour que l’école change vraiment, il faudra repenser les temps d’enseignement, les fameuses « 108 heures », mais aussi revoir les programmes, les dispositifs d’évaluation et rétablir une relation de confiance avec l’institution. Il est grand temps aussi de tracer les perspectives d’une revalorisation pour des enseignants à qui on demande depuis trop longtemps de fonctionner à l’« engagement », sans réelle contrepartie

Et encore :
- rythmes, ce que propose le SNUipp

- Le 28 septembre : Avant que les arbitrages définitifs ne soient rendus fin novembre, le ministre devra entendre le point de vue et l’expertise professionnelle de ceux sans qui rien de durable ne pourra se faire : les enseignants. Le SNUipp a lancé un grand questionnaire pour qu’ils puissent donner leur avis sur l’avenir de l’école et du métier. C’est le seul espace d’expression qui leur ait été ouvert alors que demain, ils seront en première ligne pour mettre en musique les orientations de la nouvelle loi. Début novembre, le syndicat a rendu publics les résultats de cette consultation et les a mis sur la table des négociations.

Lire :
- le questionnaire du SNUipp s’invite dans les écoles

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr