Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

Groupe de travail barème et mouvement 2013

vendredi 25 janvier 2013

C’est désespérant de voir à quel point des discussions qui semblaient avancer l’année précédente peuvent être remises au point de départ avec l’arrivée de nouveaux interlocuteurs. Depuis 2009, les nouvelles règles nationales du mouvement départemental ont pénalisés de nombreux collègues qui voulaient changer d’école (75% de satisfaits jusqu’au 3° vœux contre 96% précédemment) et a rendu opaque toute possibilité de contrôle de l’équité de celui-ci.

Barèmes avancement et barème mouvement
Notre nouveau DASEN semble avoir des difficultés avec le correctif de note que l’on apportait aux collègues lorsque ceux-ci n’avaient pas été inspectés dans le délai réglementaire des 3 ans aussi bien pour le barème avancement que pour le barème mouvement (même si pour le snuipp la note professionnelle n’a rien à faire dans un barème mouvement). Mais pas avec tous les correctifs ! Non seulement avec ceux qui permettraient de passer à la note « fatidique » de 20 ! Passer de 19 à 19,5 avec ce correctif de note, ma foi, cela ne le gênerait pas trop ; mais passer de 19,5 à 20 avec ce correctif alors là oui cela serait gênant pour lui ! Heureusement que le ridicule ne tue pas ! Quand on vous dit que certains quand on leur parle de mérite et de note, ils se mettent à danser sur les tables ! C’est affligeant ! Quoiqu’il en soit les organisations syndicales se sont opposées à cette « note plafond » qui serait pénalisante et injuste pour les collègues qui ne seraient pas inspectés dans le délai de 3 ans.
Les zones géographiques
Les zones géographiques vont rester au nombre de 12 zones de façon plus ou moins concentriques autour de la zone de Châteauroux. Les organisations syndicales ont dit et redit leur totale opposition à cette obligation pour les collègues non titulaires de devoir faire des vœux géographiques sur zones.
Ces vœux zones ne devaient servir que de variables finales lors de la troisième phase du mouvement afin que les collègues puissent réellement faire des vœux de postes et d’écoles.
L’attribution des points de carte scolaire
Décidément la possibilité lors d’une fermeture de postes de pouvoir transférer des points de mesure de carte sur un collègue volontaire si le dernier nommé dans l’école ne souhaite pas partir provoque toujours autant de désaccord chez nos partenaires syndicaux ainsi que maintenant pour l’administration, qui avait voté « pour » il y a 3 ou 4 ans... Après l’année dernière où les points transférables sur un autre collègue de l’école souhaitant partir avaient diminué, maintenant il serait question de les supprimer purement et simplement afin de coller au plus près de la circulaire nationale ; à savoir les points de carte scolaire sont uniquement pour le dernier arrivé ! Et hop exit la souplesse que cela pouvait amener, désormais c’est la règle, la règle et uniquement la règle ! Eh ? si on le levait un peu ce fameux petit doigt sur la couture du pantalon ?! Le SNUipp persiste et signe en affirmant que cette mesure ne peut ni léser, ni favoriser quiconque ! Cet « assouplissement » permettait au contraire de favoriser 2 collègues ( le premier souhaitant rester et le deuxième souhaitant partir avec des points de mesure de carte).
Priorité de nomination
La priorité pour les postes paraissant à 50% lors de la première phase du mouvement serait maintenue pour les personnels occupant ce poste et qui le redemanderaient en premier vœu. Malheureusement cette mesure ne s’appliquerait pas encore pour tous les postes de services partagés (dès lors qu’ils ne changeraient pas à plus de 50%) comme le demandaient les deux organisations syndicales afin de favoriser la stabilité des équipes pédagogiques. C’est très paradoxal : l’administration souhaite un maximum de titulaires et de stabilité et refuse des mesures qui favoriseraient cette stabilité dans les équipes enseignantes...

Les revendications du SNUipp36 pour un mouvement « réussi » :

- la possibilité de présenter une liste de 50 vœux lors de chacune des phases du mouvement départemental. Parce que seulement 30 vœux ne permettent pas de cibler à coup sûr tous les postes qui se libèrent réellement.
- Le respect total du barème. Le mouvement départemental est précédé de groupes de travail avec les organisations syndicales qui ont pour charge de définir les règles du mouvement. Le SNUipp36 demande le respect strict des règles qui y sont décidées.
- Le rétablissement de l’avis de participation. Cet avis de participation volontaire, effectué par les collègues, permettait d’établir une première liste de personnes souhaitant participer au mouvement. Elle permettait à chacun de cibler ses choix et de ne pas se disperser en demandant à l’aveuglette des postes qui ne sont pas susceptibles de changer.
- La possibilité d’abandonner son poste avant le premier mouvement. Pour le SNUipp 36, l’administration n’a pas nécessairement à connaître les raisons qui poussent un collègue à vouloir absolument changer de poste (cette décision dépasse souvent le cadre strictement rationnel et peut être cause de souffrance en cas de refus). Cette disposition va perdurer, sans pour autant obliger les collègues à réellement motiver de façon détaillée leur demande.
- La priorité de nomination à titre définitif (lors des 1° et 2° phases) pour un directeur faisant fonction, ayant acquis l’agrément dans l’année et ayant été nommé l’année précédente au 1° et 2° mouvement (cette mesure ne doit bien entendu concerner que les postes de direction où tous les personnels ont eu l’opportunité de postuler l’année précédente). Cette proposition ne semble pas avoir fait l’unanimité pour l’administration.
1ère phase du mouvement (fin mai)

Le SNUipp 36 revendique :
- La parution des postes de service partagé dès la première phase du mouvement. Ainsi, tous les personnels peuvent postuler sur les postes de service partagé (et non plus seulement ceux qui font partie du second mouvement). Tous les services partagés n’étant pas connus pour le 1° mouvement, cela implique que ces postes soient définis à 50%, ce qui permet de garder une priorité de nomination pour les personnels déjà sur poste dont le service n’est pas changé.
2ème phase du mouvement (fin juin)
- La mise en place d’une seconde liste de vœux à partir de la liste des postes vacants ou susceptibles de l’être.
3ème phase du mouvement (fin août)
- Permettre aux collègues la constitution de vœux d’affectation (lieux géographiques, types de postes...) afin de permettre à la commission paritaire de les affecter au plus près de leurs désirs. Ce n’est qu’à ce moment que des vœux par zones ne devraient être introduits.
Mouvement complémentaire (début septembre)
- Que les affectations se fassent au plus près du lieu de résidence des collègues non nommés à cette date.
Mesures de carte scolaire Le SNUipp36 souhaite le maintien de :
- La possibilité , si tous les collègues d’un groupe scolaire le désirent, de transférer la totalité des points de mesure de carte scolaire sur un autre collègue volontaire que le dernier arrivé dans l’école.
Début de Carrière
Le SNUipp36 revendique :

- Barème des Professeurs des Ecoles Stagiaires : en plus de la prise en compte du rang au concours ; pour les départager, inclure des critères sociaux en plus des résultats issus des évaluations.
- Pour les PES sortants, respecter les recommandations ministérielles en vigueur depuis la création des IUFM : protéger leur 1ère affectation en ne les nommant pas d’office sur des classes dites difficiles, comme l’ASH, les directions d’école... sauf s’ils en font expressément la demande.
- La nomination des futurs PES sur les départs à la retraite de l’année.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr