Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualités  / Actualités nationales  


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

REP : petit éclairage sur les nouveaux dispositifs

vendredi 7 février 2014

Il y aurait environ un millier de collèges (et écoles qui en relèvent) classés en éducation prioritaire dont 350 en REP+. La nouvelle carte se ferait en fonction d’un indice social unique qui « mesurera les difficultés rencontrées par les élèves et leurs parents et les conséquences sur les apprentissages ».

Présentation des mesures qui se mettront en place à partir de septembre 2015 : Ces nouvelles mesures s’organiseraient selon 3 axes.

  1. Des élèves accompagnés dans leurs apprentissages et dans la construction de leur parcours scolaire
  2. Des équipes éducatives formées, stables et soutenues
  3. Un cadre propice aux apprentissages

Axe 1

*La scolarisation des enfants de moins de 3 ans sera progressivement assurée dans l’ensemble des réseaux de l’éducation prioritaire.

Le point de vue du SNUipp :

Mesure soutenue par le SNUipp-FSU. Il faudra être vigilant sur la concrétisation de la mesure. Il faut noter la faible ambition (30 % d’ici 2017). Avant 2005 le taux national total était supérieur. Cela correspond à 1500 postes.

*Chaque école en éducation prioritaire bénéficiera d’un poste « plus de maîtres que de classes » d’ici 2017.

Le point de vue du SNUipp :

Mesure soutenue par le SNUipp-FSU. Il faudra être vigilant sur la concrétisation de la mesure. Il faut noter la faible ambition (30 % d’ici 2017). Avant 2005 le taux national total était supérieur. Cela correspond à 1500 postes. Mesure soutenue par le SNUipp-FSU. Le SNUipp FSU suit la mise en œuvre du dispositif pour mesurer s’il permet réellement de nouvelles pratiques pédagogiques dans les écoles.

Axe 2

* Pour coordonner le travail en équipe :

• Des enseignants coordonnateurs par niveau ou discipline au collège,

• Des coordonnateurs inter-degrés ou des professeurs d’appui en charge d’animer le travail en équipe

Le point de vue du SNUipp :

Le retour à un rôle de coordonnateur est une bonne chose. Il faudra des précisions sur les missions liées à ces postes, leurs modalités de recrutement et de formation.

*9 jours par an de temps pour la formation, le travail en équipe et le suivi des élèves avec des enseignants affectés sur les réseaux pour assurer le remplacement.

Le point de vue du SNUipp :

Première reconnaissance de la nécessité de la déconnexion temps élève-temps enseignant et du « travail invisible ». Cette mesure doit être étendue à toutes les écoles en éducation prioritaire pour s’étendre ensuite à toutes les écoles.

*Tutorat pour les nouveaux enseignants en éducation prioritaire *Des experts de terrain pour accompagner les équipes pilotés par les corps d’inspection viendront conseiller les équipes et animer les échanges. *Ces formateurs seront partiellement déchargés de leur service d’enseignement et bénéficieront de formations de formateurs.

Le point de vue du SNUipp :

Besoin de précisions sur les missions des tuteurs (et indemnisation ?). De notre point de vue le diplôme (Cafipemf) est la garantie d’une qualification pour la formation des enseignants. Le Snuipp reste vigilant à toute dérive de compagnonnage qui n’apportera pas l’enrichissement dont les équipes ont besoin. Aider à la formalisation et l’enrichissement du travail en équipe peut être une bonne chose. Recrutement de nouveaux formateurs ?

Axe 3

*Projets des réseaux construits sur la base d’un référentiel (cadre de principes d’actions pédagogiques et éducatives reconnues comme principaux leviers de la réussite des élèves cf en-dessous) Moyens spécifiquement alloués au titre de l’éducation prioritaire aux projets de réseau seront garantis sur 4 ans.

Le point de vue du SNUipp :

Le SNUipp revendique que les moyens soient donnés sur plusieurs années pour assurer la pérennité des dispositifs et projets. Les équipes doivent être les conceptrices des projets et non réceptrices de projets descendants.

*Chaque académie disposera d’une ligne budgétaire dédiée à l’éducation prioritaire pour :
- les projets de réseaux
- financer des dépenses annexes nécessaires à la formation et à l’animation (frais de déplacement notamment)

Le point de vue du SNUipp :

Il est important qu’une ligne budgétaire soit spécifique. Le montant doit permettre de financer à hauteur l’ensemble des projets portés par les équipes.

A lire aussi

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr