Retour accueil

Vous êtes actuellement : Dossiers  / archives 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

Déclaration de Gilles de Robien : AFP 05/01/06

Robien : "la méthode syllabique de lecture, c’est clair, limpide et explicite" -PARIS, 5 jan 2006 (AFP) -

mardi 17 janvier 2006

Le ministre de l’Education nationale, Gilles de Robien, a défendu, jeudi devant la presse, la méthode syllabique pour l’apprentissage de la lecture soulignant qu’elle devrait être la seule méthode utilisée, de façon "claire", "limpide" et "explicite".

Présentant la circulaire interdisant la méthode globale ou les approches assimilées qu’il a adressée mercredi aux inspecteurs d’académie et aux directeurs d’IUFM (instituts de formation des maîtres) et qui doit s’appliquer à la rentrée 2006, il a mis l’accent sur l’importance d’un apprentissage réussi.

"La première mission, le premier devoir de l’école, c’est d’apprendre à lire et à écrire à tous les petits Français. S’il ne devait rester qu’une seule mission, ce serait évidemment celle-là !", a-t-il dit. "Ne jouons pas sur les mots, la méthode globale existe toujours. La méthode +pure+ n’existe plus mais les méthodes à départ global sont encore très couramment utilisées", a-t-il affirmé. "Or, les travaux des chercheurs montrent que ces méthodes sont beaucoup moins efficaces que les syllabiques et qu’elles sont même néfastes pour les enfants les plus fragiles. Les parents qui achètent chaque année 100.000 exemplaires d’une célèbre méthode syllabique ne le font pas sans raison", a-t-il ajouté.

Affirmant que lire ne doit pas "ressembler à une devinette ou un jeu d’hypothèses", M. de Robien a souligné : pour moi, c’est limpide. L’apprentissage doit commencer par le son et la syllabe. Il faut le dire clairement, nettement, explicitement et le faire savoir sans ambiguïté.

Cela, je le dis avec force, n’avait jamais été fait et jusqu’ici les instructions avaient prêté à confusion". Le ministre enfin a affirmé que cela n’empêcherait pas l’inventivité pédagogique mais il a bien précisé que "la liberté des enseignants s’exerçait dans le respect des programmes et instructions du ministre".

"La liberté pédagogique n’est pas la liberté de faire n’importe quoi", a-t-il lancé.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr