Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualités  / Actualités départementales 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

COMPTE RENDU DU COMITE DE SUIVI DES RYTHMES

vendredi 19 décembre 2014

Hier soir s’est tenu dans les locaux de la DSDEN, une réunion du comité de pilotage afin de faire les premiers constats de la généralisation de ces nouveaux rythmes scolaires.

Réunis à la DSDEN de l’Indre par le Président de séance Monsieur le DASEN, les membres ont pu faire les premiers constats de cette généralisation des rythmes. Sur l’ensemble du département, 83% de communes sont sous le décret Peillon et 44% avec un caractère dérogatoire. Seules 17% fonctionnent sous le décret Hamon.
- La difficulté repérée est dans la mise en place des APC sous décret Hamon. Il apparaît que 25% des APC ont lieu durant le temps des TAP. Cela sous entend que 75% des APC sont sur d’autres moments augmentant donc la durée de présence des élèves en classe.
- 100% des activités seraient gratuites dans le département.
- Les activités proposées lors des TAP sont de l’ordre de : 35% sport, 27% art et culture, 5%relaxation, 4% autres (type : jardinage, bricolage), 5% littérature, 4% sciences et nouvelles technologies, 11% citoyenneté et développement durable.

A entendre Monsieur le DASEN et la représentante de l’UNSA les équipes pédagogiques sont pour l’ensemble satisfaites mais ils reconnaissent cependant des lourdeurs dans l’organisation pédagogique et de la fatigabilité chez les plus jeunes. Il est étonnant que l’UNSA pourtant si favorable à la mise en place de ces nouveaux rythmes, reconnaisse désormais un certain nombre de dysfonctionnement que le SNUipp-FSU a dénoncé dès le départ. Pour autant l’UNSA se tient à des constats mais n’admet toujours pas ses erreurs d’appréciation sur le dossier de la refondation de l’école.

Le SNUipp-FSU a tenu a rappelé que la généralisation de ces nouveaux rythmes comme l’alignement de la maternelle sur l’élémentaire est un non sens. S’il faut bien le reconnaître certaines communes ont réfléchi et ont pu mettre en place des activités porteuses de sens ( parce qu’elles ont les moyens d’encadrement et les locaux) pour les plus jeunes, il n’en reste pas moins que ce n’est pas une généralité. Ces nouveaux rythmes ne profitent pas à l’ensemble des jeunes enfants. Ils sont vite fatigables et se perdent dans les différents temps de l’école comme dans les personnes référentes.

Si le Dasen s’est félicité de la variété des activités proposées lors des TAP, il a reconnu que le choix massif pour les activités sportives répondait tout simplement au fait que les intervenants étaient plus faciles à trouver comme l’activité plus simple à organiser.

Le SNUipp a de nouveau soulevé le problème des bénévoles dans l’encadrement de ces activités. Beaucoup de bonnes intentions mais un épuisement réel se fait sentir dans différents endroits du département. Le Dasen a répondu que la question du bénévolat ne pouvait être que transitoire dans la mise en place des TAP. Pourtant dans bon nombre de communes, ceux ci sont bien là et grâce à eux les enfants bénéficient d’activités.

Enfin pour revenir sur la question des maternelles, le SNUipp a souhaité soulever la difficulté des ATSEM à pouvoir multiplier les missions et les"casquettes". La mise en place des TAP s’est faite au détriment du fonctionnement général des maternelles.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr