Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualités  / Actualités nationales  


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

Vers la fin des circonscriptions ? Ou comment réimposer les EPEP, l’air de rien.

lundi 11 janvier 2016

Dans un rapport du 20/11/15, l’inspection générale préconise le remplacement des circonscriptions par les EPEP. Avec en toile de fond évidemment, des changements notables dans la fonction de directeur. Certaines organisations syndicales demandent un test de ces établissements primaires, le SNUipp/FSU s’y oppose.

La lecture de ce rapport évoque l’éparpillement des IEN, dont les missions d’inspection ont reculé de 30 % en 2013/2014 - en cause notamment : "les micros taches administratives ou logistiques qui laisseraient moins de temps pour la pédagogie" . Le rapport évoque un risque sérieux de déconnexion de la réalité du terrain. Analyse intéressante, quand dans le même temps dans la Loire on propose de reculer à 5 ans le rythme des inspections. La temps de la bureaucratie grignote donc le temps de la pédagogie dans les écoles, mais également en circonscription.

La réponse de l’administration ne va évidemment pas dans le sens d’une déflation des taches bureaucratiques, mais dans son institutionnalisation. Le statut du directeur serait le remède miracle, pourtant, au travers des enquêtes, les chefs d’établissement du secondaire expriment un profond malaise dans l’exercice de leur métier (perte de sens, manque de temps, alourdissement des taches).

Entre le statu-quo intenable et le statut fourre-tout du directeur et face à la création des EPEP, le SNUipp propose d’autres pistes au premier rang desquels la réduction de la taille des écoles. Dans la Loire, depuis un certain nombre d’années, les regroupements et fusions ont engendré un accroissement significatif du nombre de classes moyen par école. Ce maillage est il plus profitable aux élèves ? Rien ne le prouve et on peut penser qu’il s’agit plutôt d’une dégradation lorsque certaines écoles dépassent les effectifs d’un collège.

Qu’importe : les économies d’échelle ont leurs raisons que la raison ne connait point.

Pour sortir des querelles idéologiques et trouver des moyens d’améliorer concrètement le sort des directeurs, quelques mesures simples permettraient de détendre la pression : augmentation du temps de décharge, comme celui du temps de présence de l’EVS, décroissement des taches qui ne servent pas directement les intérêts des élèves.

Le détail de ce rapport décrit sur le café pédagogique

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr