Retour accueil

Vous êtes actuellement : Ecol’infos 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

Jean-Michel Blanquer a prévu une suite aux évaluations...

lundi 15 octobre 2018

Voici un article du café pédagogique, suite à l’entretien de Mr Blanquer à 20 Minutes. Le SNUipp va souligner certains éléments qu’il faudra garder à l’esprit dans l’idée des réformes à venir.

café pédagogique

Que faire des résultats des évaluations Blanquer ?

Dans 20 Minutes, le ministre de l’éducation nationale dévoile les résultats des évaluation de Cp et Ce1. Selon le ministre les résultats sont mauvais avec 30% d’élèves qui lisent mal en Ce1 et 49% qui ont des difficultés en calcul. "Avec ces tests nationaux, l’évaluation est scientifique et complète", affirme JM Blanquer. Or rien n’est moins sur quand on sait comment les tests ont été passés. Pour autant les évaluations réellement scientifiques ont déjà montré que les résultats des élèves français ne sont pas bons. Elles pointent d’autres difficultés que celles qu’indique le ministre. Alors à quoi servent les tests Blanquer ?

Les conclusions de JM Blanquer

"23 % des élèves en début de CP ont des difficultés à reconnaître les lettres et le son qu’elles produisent. Ils ont besoin d’un renforcement de compétences pour bien entrer dans l’écriture et lecture... Concernant les élèves en début de CE1, 30 % des élèves lisent moins de 30 mots par minute, alors que l’objectif national est de 50 mots. Un élève sur deux (49 %) a des difficultés en calcul mental et 47 % ont des soucis pour résoudre des problèmes", indique JM Blanquer dans 20 Minutes.

Il en tire des conclusions. Les enseignants " disposeront d’un kit pédagogique sur Eduscol.fr pour faire avancer les élèves sur les différents sujets... Les mesures que j’ai prises vont venir en appui des enseignants : le dédoublement des classes de CP et CE1 dans l’éducation prioritaire va nous permettre d’agir à la racine de la difficulté. Et l’instruction obligatoire dès 3 ans va mettre l’accent sur l’école maternelle et sur sur la richesse du langage. La réforme de la formation initiale et continue des enseignants va nous permettre aussi de renforcer leurs compétences".

Le SNU : déjà 97% des enfants de 3 ans sont scolarisés... il ouvre la part belle au privé : L’article 2 introduit la scolarité obligatoire à 3 ans et est suivi d’un article qui prévoit la compensation par l’Etat des dépenses des communes du fait de cette mesure au bénéfice des écoles privées. La mesure, voulue par E Macron, apparait donc comme une opportunité pour l’enseignement privé. "Il n’y a pas de changement en ce qui concerne le privé lié à cette évolution", nous avait pourtant dit le ministre le 27 mars 2018...

Enfin le ministre explique de façon très précise qu’il met fin aux cycles, pourtant inscrits dans la loi. " Il ne faut pas que le cycle produise l’effet pervers de reporter l’acquisition des compétences à l’année d’après. La fausse bienveillance c’est de procrastiner. Car ce qui n’a pas été consolidé en CP par exemple, devient plus difficile à acquérir ensuite. Certaines compétences doivent donc être acquises année après année et être évaluées ensuite". Des propos qu’aucun enseignant ne tiendrait mais qui flatteront les traditionalistes de l’Ecole.

Des évaluations qui n’ont aucun caractère scientifique

JM Blanquer clôt de toutes façons le débat en assurant que "avec ces tests nationaux, l’évaluation est scientifique et complète" puisqu’ils sont faits par les "meilleurs scientifiques", c’est à dire une partie de ceux qu’il a choisi lui même pour son conseil scientifique.

Or si un fait est établi à propos de ces tests c’est qu’ils n’ont aucun caractère scientifique. On pourrait critiquer le choix des tests eux-mêmes et la façon dont ils ont été conçus. Mais le caractère fantaisiste des tests est établi dans leur mode de passation. Les tests ont été passés sur livrets papier directement par les enseignants dans leur classe qui ont ensuite saisi les résultats. Ces deux modes ne sont pas scientifiques. On sait qu’il y a des écarts énormes dans les conditions de passation des tests. Si le livret indique des séquences de 20 minutes, en fait certains enseignants ont respecté la consigne , d’autres ont dépassé un peu, d’autres ont triplé le temps, en fonction des réactions des élèves. Les résultats sont aussi faussés par le mode de saisie qui là encore varie d’un enseignant à un autre. JM Blanquer est d’ailleurs un habitué des tests farfelus. Il en avait fait réaliser régulièrement de 2009 à 2012 quand il dirigeait l’enseignement scolaire au ministère malgré les critiques portées par la Depp à l’époque et le HCE. Est-il utile d’ajouter que le raisonnement ministériel selon lequel une évaluation permettrait ensuite d’indiquer par ordinateur des ressources aux enseignants et de régler les difficultés repérées des élèves est du même niveau scientifique ?

Ce que nous apprennent les vraies évaluations scientifiques en lecture

Quand on veut connaitre le niveau réel des écoliers français on se reporte aux évaluations internationales Pirls pour la lecture et Timms pour les maths, les deux en Cm1. C’est ce que font les experts nationaux et internationaux. On dispose aussi des enquêtes Cedre menées de façon très rigoureuses auprès d’un échantillon d’élèves par la Depp. Or ces enquêtes ne tirent pas les mêmes conclusions que le ministre.

En ce qui concerne la lecture, les résultats de Pirls 2016 montrent que les résultats des élèves français sont mauvais et en baisse par rapport à Pirls 2001 et 2011. Comme Cèdre, Pirls montre une hausse de la part des élèves faibles : 39% contre 25% en moyenne dans l’Ocde.

Mais ce que montre Pirls c’est que les jeunes français savent décoder. Il savent prélever des informations d’un texte. Ils ne savent pas en tirer des inférences pour comprendre les textes. Ils ont du mal à argumenter et à s’exprimer. Depuis 2001 nous avons perdu 8 points sur le prélèvement d’informations mais 21 sur l’interprétation. Des dimensions que les tests Blanquer évaluent très peu.

Pirls pointe aussi des explications, au premier rang desquelles la faiblesse de la formation continue des enseignants français. Là on a un problème de postes tout simplement et rien n’est fait pour améliorer la situation. Former ce n’est pas indiquer qu’à telle page d’Eduscol il y a plein de ressources... Cette faiblesse de la formation continue se retrouve dans les pratiques pédagogiques. Les enseignants français demandent autant que leurs collègues de l’OCDE de retrouver des informations dans un texte ou de dégager les idées principales d’un texte. Par contre ils sont nettement moins nombreux à demander de comprendre les textes. Ainsi ils sont deux fois moins nombreux à demander aux élèves de comparer le texte à des faits vécus ou à déterminer les intentions de l’auteur. Pour le premier point la France est tout en bas de l’échelle dans les 50 pays.

Pirls fait aussi apparaitre les classes surchargées des écoles françaises par rapport aux autres pays. Le faible niveau de satisfaction des enseignants : il est le plus bas de toute l’OCDE : 26 de très satisfaits contre 57% en moyenne. Et aussi, à coté des critères sociaux, le fait que la France est un des pays où les parents aiment le moins lire : 22% aiment la lecture contre 32% dans l’OCDE.

Interrogé sur les résultats de Pirls, un des spécialistes les plus reconnus sur la lecture, Roland Goigoux, nous disait en 2017 : "On a commis deux erreurs. D’abord focaliser la question de la lecture sur le CP. Puis focaliser le travail du maître sur la maitrise de la langue, l’orthographe la grammaire, la conjugaison. On considère toujours qu’une fois que l’on sait déchiffrer la pratique de la lecture suffit pour avoir des compétences en lecture. Mais si l’on veut que notre école progresse il faut un plan d’enseignement explicite de la compréhension en lecture en mettant l’accent sur le cours élémentaire et le cours moyen. On ne peut pas analyser Pirls et conclure en disant qu’on doit renforcer l’orthographe, la grammaire en CP. Cette réponse n’est pas à la mesure du problème. Dans Pirls ce qui caractérise la France c’est le décrochage entre la compréhension explicite du texte et la compréhension implicite, fine. Ce n’est pas un problème de déchiffrage. Mais par exemple de comprendre ce que le texte ne dit pas et qui doit être déduit".

Et en maths...

Pour les maths, Timms montre là aussi des résultats faibles. Seulement 23% des élèves de Cm1 français ont un bon niveau en maths contre 48% des européens et 42% de tous les participants. Il est vrai que ces élèves, comme ceux de Pirls , ont traversé les années de suppressions de postes alors que JM BLanquer était aux commandes. Ils ont aussi subi les programmes traditionalistes de 2008 que le ministre tente de remettre en place. Là aussi la taille des classes joue négativement sur les résultats et surtout la formation initiale et continue des enseignants. Car les professeurs des écoles français sont rarement de formation scientifique.

Que faire ?

Alors que faire des résultats des évaluations Blanquer ? Si l’on est ministre, les utiliser pour son image, pour jouer les parents contre les enseignants, pour justifier la suppression des cycles ou la prochaine réforme à mener en maternelle. Elles est annoncée pour 2019.

Si on n’est pas ministre, il n’y a rien à faire de ces évaluations. Il faudrait s’en tenir à ce que Pirls et Timms ont mis en évidence et permis de comprendre. Faire les efforts de formation et d’investissements en ce sens et pour cela se battre pour un budget suffisant, ce qui n’est pas le cas. Ne pas tout déconstruire pour marquer son autorité. Faire preuve de continuité et d’humilité devant les évaluations sérieuses. Les enfants méritent que l’on prenne leurs difficultés au sérieux.

François Jarraud

article sur 20 Minutes

Évaluations : leçons d’histoire sur le café pédagogique

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr