Retour accueil

Vous êtes actuellement : gestion des 108 heures 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

suppression du samedi matin

60 heures : Quelle organisation lorsqu’on n’est pas adjoint (directeurs, RASED, ZIL...)

mardi 3 juin 2008

La difficulté scolaire

Le ministre prétend traiter la difficulté scolaire (et la diviser par trois) grâce à l’aide personnalisée mise en place en réutilisant les heures libérées par la suppression des cours le samedi matin, aux stages de remise à niveau pendant les vacances... et aux nouveaux programmes.

Les conditions budgétaires nécessaires à la réussite de tous les élèves ne sont pas réunies : effectifs surchargés, RASED incomplets, formation continue diminuée... Le SNUipp a interpellé le ministère sur la pertinence d’un tel dispositif, sur les inégalités entre écoles qui en résultent, sur les risques de stigmatisation des élèves en difficultés, sur l’allongement de la durée de la journée pour certains élèves...

Le regroupement d’élèves après la classe ne peut constituer une solution pour ceux qui rencontrent les difficultés les plus lourdes. C’est un désaccord de fond avec les mesures ministérielles.

Pour le SNUipp la prévention des difficultés scolaires doit s’effectuer pour l’essentiel dans la classe. Les difficultés d’apprentissage d’un élève ne doivent pas être un problème posé au seul enseignant de la classe mais à l’équipe dans son ensemble. C’est en diversifiant les approches pédagogiques et les formes de travail, en ayant la possibilité de travailler avec un maître supplémentaire, des enseignants spécialisés... que le traitement de la difficulté scolaire doit être envisagé. Cela nécessite du temps de concertation et des actions de formation des enseignants.

“La FCPE exige une politique ambitieuse pour la réussite de tous les jeunes et s’oppose à toutes les mesures qui externalisent le traitement de la difficulté scolaire”
Congrès d’Epinal 2008

“On rapellera que le premier outil à mobiliser, c’est l’acte d’enseignement lui-même, dans la classe avec tous les élèves”
Syndicat des IEN de la FSU

Directeurs(trices) d’école

Les quotités de décharges prélevées sur les 60 heures sont scandaleusement insuffisantes pour les petites écoles. Elles sont définies comme suit :
- Directeurs d’école de 3 et 4 classes : décharge de 10 heures de service
- Directeurs d’école de 5 à 9 classes : décharge de 20 heures de service
- Directeurs d’école de 10 à 13 classes : décharge de 30 heures de service
- Directeurs d’école de plus de 13 classes : décharge de 60 heures de service.

Le SNUipp rappelle ses revendications d’un temps de décharge pour toutes les écoles, y compris les plus petites, et continue d’intervenir pour que la situation de la direction d’école soit revue dans son ensemble.

RASED

Leurs obligations de service ne sont pas modifiées. Ils continuent d’assurer 24 heures en présence des élèves.

Le SNUipp reste vigilant sur la situation des RASED (missions, avenir...).

CLIS

Le SNUipp demande que les enseignants de CLIS puissent disposer effectivement du temps de participation indispensable aux réunions de coordination et de synthèse (circulaire 2002), du temps nécessaire pour établir les PPS et rencontrer les familles.

Cela implique qu’ils soient libérés des deux heures hebdomadaires d’aide aux élèves en difficulté.

Titulaires remplaçants

Les 108 heures globalisées (donc les 60 heures) sont utilisées en fonction des projets des écoles où s’effectue le remplacement.

Maîtres formateurs

Leurs obligations de service les dispensent de l’aide personnalisée. Ils peuvent, s’ils le souhaitent, effectuer des heures d’aide personnalisée. Dans ce cas, ces heures sont rémunérées en heures supplémentaires.

Et la maternelle

Du côté des élèves
D’après le relevé de conclusion, l’aide sera centrée sur les priorités de cette école : la maîtrise de la langue française. Des actions de prévention peuvent être mises en place dans cet objectif. En maternelle, l’aide personnalisée sous forme de soutien semble inappropriée.

Du côté des maîtres (et des maîtresses !)
Si les maîtres de maternelle peuvent être amenés à intervenir auprès des élèves de l’école élémentaire, pour le SNUipp, cette disposition ne peut-être imposée aux équipes. Elle doit se faire sur la base d’un volontariat et d’une garantie de frais de remboursement en cas de déplacement.
Dans le cas où toutes les heures ne seraient pas utilisées en aide directe auprès des élèves, des temps de formation doivent être proposés.

P.-S.

Dans l’Indre, la mise en place de l’aide personnalisée est reportée au 1er octobre 2008 !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr