Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

17 juin 2008

La FSU revendique et propose :

Grève dans la fonction publique

vendredi 13 juin 2008

245 Les principes :
Un système par répartition garantit sur le long terme un niveau de retraite lié aux revenus d’activité et la solidarité entre les générations ; le maintien de la parité de niveau de vie entre actifs et retraités ; l’attachement, pour la fonction publique de l’État, au code des pensions ; la solidarité entre les secteurs public et privé. Pour tous : le droit à un départ en retraite à 60 ans avec un taux de remplacement de 75%, soit 37,5 annuités pour une retraite complète.

Des droits nouveaux indispensables :

Périodes de formation
L’allongement de la durée des études répond aux besoins de la société. Mais l’entrée plus tardive dans l’emploi rendra impossible pour de nombreuses professions, un départ à 60 ans avec une retraite à taux plein.

La FSU revendique la prise en compte gratuite des études et de formation dans la durée d’assurance.

Périodes de précarité
Recherche d’un premier emploi, chômage, temps partiel imposé, pèsent sur le niveau des retraites, c’est pourquoi toutes ces périodes de précarité doivent être validées pleinement.

Bonifications pour enfants
Les interruptions liées aux enfants (congés parentaux et temps partiels) pénalisent les femmes. Dans la fonction publique, la loi instaure la prise en compte gratuite des périodes non travaillées dans la limite des 3 ans de l’enfant pour les enfants nés ou adoptés à partir du 1er janvier 2004, mais pas pour les enfants nés avant cette date.

La FSU revendique l’extension de cette mesure et le rétablissement des bonifications pour chaque enfant à toutes les femmes sans condition, leur extension pour les enfants nés après 2003, des droits nouveaux pour ceux qui ont élevé seuls leurs enfants.

Pénibilité, fins de carrière
La FSU exige l’ouverture de négociations dans la Fonction Publique. L’usure amène nombre de personnels à vouloir partir dès qu’ils le peuvent, souvent au détriment de leurs droits à la retraite.

Certaines catégories peuvent partir à 55 ans, mais ce droit risque d’être remis en cause ; pour la majorité, il n’y a aucune prise en compte de la pénibilité, de la dangerosité, des horaires décalés, qui devraient ouvrir le droit de partir en retraite avant 60 ans. Certaines fonctions ou conditions d’exercice pourraient valoir des bonifications d’annuité. Il faut envisager de nouvelles formes d’exercice des métiers prenant en compte les âges et les expériences acquises, et développer les possibilités de mobilité.

Exiger une véritable CPA
Les modalités actuelles de la cessation progressive d’activité (CPA), ne permettent plus cette transition activité/retraite. La FSU souhaite de nouvelles modalités reprenant les aspects positifs de l’ancienne CPA et avance d’autres propositions pour l’améliorer et l’assouplir en fonction des besoins.

P.-S.

Accroître les Financements
Pour la FSU, il faut accroître la part des richesses destinée aux salariés.

Augmenter de 4-5 points de PIB d’ici 2050 la part des dépenses pour les retraites est tout à fait à notre portée. Cela suppose d’y consacrer le quart des gains de productivité et représenterait une augmentation des cotisations de 0,375 point par an. Il est économiquement possible de dégager ces ressources.

Les régimes de retraite sont financés par des cotisations prélevées sur les salaires, mais des évolutions dans leur mode de calcul sont nécessaires pour une plus grande justice sociale. La taxation des revenus financiers et des patrimoines doit permettre d’inscrire plus de solidarité dans le financement.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr