Retour accueil

Vous êtes actuellement : Le journal 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

Evaluation CM2 : consignes intersyndicales et logiciel de saisie

mardi 20 janvier 2009

Consignes unitaires intersyndicales
SNUipp-FSU / Sgen-CFDT / SE-unsa

- Ne faire passer que les exercices correspondants à des notions étudiées.
- Rendre compte individuellement des résultats aux élèves et aux parents de la classe concernée.
- Ne pas utiliser le logiciel ministériel de transmission.
- Ne transmettre à l’administration que les résultats anonymés des exercices effectivement passés.

- Prévenez le SNUipp pour nous permettre d’appuyer l’action au niveau académique !

- Un logiciel sous excel de saisie des données de l’évaluation (avec possibilité de ne pas faire passer des items) produit par le SNUipp, est disonible en téléchargement en cliquant sur le lien ci-dessous.

Fichier Excel de saisie Evaluation CM2 du SNUipp

Excel - 980.5 ko
logiciel de saisie CM2 2009 du SNUipp

Au contraire de la météo de ces derniers jours, c’est loin du système nordique éducatif (qui propose des progressions basées sur les réussites des élèves et ne pratique aucune notation avant la fin du collège et travaille avec des effectifs bien en dessous de 20 par classe) que la France se dirige. En témoin pour cette rentrée les évaluations CM2 (puis CE1 à venir) annoncées. Des tests « construits à partir des connaissances et des compétences légitimement attendues à ces niveaux de scolarité » qu’ils disaient… « Des témoins pour aider les équipes à construire un travail de compréhension des difficultés et de mise en œuvre des enseignements adaptés ».

Efficacité du pilotage par les résultats ?

Quand l’évaluation par les résultats pousse à la triche… 123 écoles californiennes auraient été prises en flagrant délit de triche aux tests nationaux, rapporte le San Francisco Chronicle qui en donne la liste. Ici l’enseignant par des mimiques guide le choix des élèves dans le QCM. Là les élèves recopient les réponses corrigées en classe. Ailleurs les professeurs changent subitement de programme dès qu’ils connaissent celui des tests… Pour le quotidien, c’est le fruit des pressions exercées sur les écoles. "Les parents utilisent les indicateurs pour choisir leur école. Les agents immobiliers pour vendre les maisons". A cela s’ajoutent les subventions fédérales qui dépendent directement des résultats des établissements selon la loi No Child Left Behind. On estime que 5 à 6 % des écoles tricheraient. En Californie près de 500 ne se sont pas fait prendre. Peut-on piloter l’École par les résultats ? Pour le National Union of Teachers, un syndicat britannique d’enseignants, la coupe est pleine. Il dénonce la multiplication des tests et les exigences de résultats de l’État. "Les écoles ont été réduites à l’état d’usines à produire des tests et des examens. Mais les scores ne sont pas le produit de l’éducation comme les autos ou les barils de pétrole le sont pour l’industrie. Les écoles sont là pour le bénéfice des enfants".

Une évaluation mal conçue ?

L’avis de Rémi Brissiaud

Les deux problèmes majeurs de ce dispositif sont d’une part que le projet de rendre public les résultats aura pour conséquence une mise en concurrence des écoles, et d’autre part que la rétribution des seuls maîtres de CM2 rompt avec les pratiques antérieures où les enseignants des divers niveaux dépouillaient et analysaient collectivement les épreuves.

Comment peut-on changer les programmes en milieu d’année scolaire et penser que les enseignants pourront évaluer leurs élèves sur ces programmes dès l’année suivante alors qu’ils les auront utilisés, au mieux, une année scolaire en fin de CE1 et un trimestre au mois de janvier du CM2 ?

Mais pourquoi, depuis que Monsieur Darcos est au ministère, les spécialistes de l’apprentissage dans les divers domaines de connaissances ne sont-ils pas consultés pour donner leur avis sur les programmes et sur le contenu de telles épreuves ? Le Ministre de l’Éducation Nationale vient de reconnaître qu’il n’avait pas engagé la réforme de l’école maternelle et du Lycée comme il aurait fallu le faire. Quand reconnaîtra-t-il qu’il n’a pas fait mieux avec l’école élémentaire ?

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr