Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

La revalorisation salariale de Mr Chatel ou le nouveau miroir aux alouettes des enseignants...

mardi 30 mars 2010

Une revalorisation, oui (et encore !) , mais seulement pour un quart d’entre nous ! Et les autres ? RIEN ! On se moque de nous !

Le ministre a réuni ce matin les organisations syndicales pour leur présenter ses propositions sur la revalorisation des enseignants . C’est à une caricature du dialogue social que l’on a assisté. Non seulement le ministre avait pris soin de rendre largement publiques dans les médias ces mesures avant de les présenter aux organisations syndicales, mais de plus, cette réunion n’avait aucunement comme objectif d’ouvrir une négociation. Elle consistait en une simple présentation des "décisions" prises par le ministre.La FSU dénonce cette conception du dialogue social qui consiste à ne réunir les organisations syndicales que pour leur présenter des décisions déjà arrêtées.

Les informations données ce matin confirment celles diffusées dans la presse hier et ne correspondent en rien à l’engagement du candidat puis du président Nicolas Sarkozy.

Luc Chatel a annoncé dimanche une « augmentation » en début de carrière de 157 euros nets par mois pour les professeurs des écoles et les professeurs certifiés et de 259 euros pour les professeurs agrégés, soit une hausse d’environ 10%. En outre, les salaires seront revus à la hausse dans les sept premières années de la carrière , soit une augmentation moyenne de 660 euros par an et par enseignant.

Mais, ATTENTION ! la revalorisation ne portant que sur les premières années de la carrière donc, au bout de 6 années de carrière, la rémunération de ces nouveaux recrutés sera exactement la même que celle qui existe aujourd’hui pour les enseignants. Bilan pour ceux qui pourront en bénéficier : un gain de 25 euros par mois en moyenne sur l’ensemble de la carrière.

Le ministre ne propose aucune négociation globale sur la revalorisation du métier enseignant et ne prévoit d’envisager d’autres mesures que dans le cadre de la moitié des économies réalisées par le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

La FSU exige que la revalorisation concerne non seulement les salaires mais aussi les conditions de travail et du métier des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation qui se sont considérablement dégradées. Il exige d’autre part que cette revalorisation fasse l’objet d’un plan pluriannuel négocié et arrêté dès cette année.

La FSU a rappelé, lors de la réunion, que ce plan doit concerner l’ensemble des personnels. C’est la revendication portée par nos professions dans toutes les luttes qui ont aujourd’hui imposé au gouvernement l’ouverture du dossier.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr