Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

Lundi de Pentecôte

Courrier au Préfet

mardi 10 mai 2005

À adresser par FAX au : 02.54.29.50.13

Les enseignants de l’école de : ........

à Monsieur le Préfet de L’Indre

Monsieur le Préfet,

Le Premier Ministre vient de réaffirmer la suppression du caractère férié du Lundi de Pentecôte et l’obligation de travailler sans rémunération qui s’applique à l’ensemble des fonctionnaires d’Etat.

Cette mesure qui introduit, dans le Code du Travail, la notion de travail obligatoire non rémunéré, autrement dit le retour de la « corvée », est inacceptable pour tous les salariés et constitue une injure faite à nos aînés, aux personnes handicapées en remplaçant la solidarité par la charité.

Si nous ne développerons pas ici l’argumentaire qui nous permet de qualifier cette mesure d’injuste, de régressive, d’inefficace et de contraire à la solidarité, nous tenons par contre à réitérer auprès de vous notre demande d’abandon pur et simple de cette journée de travail gratuit.

Nous souhaitons, Monsieur le Préfet, connaître, pour l’ensemble des services de l’Etat dans l’Indre, la contribution apportée et le bénéfice dégagé au profit des personnes âgées et des personnes handicapées.

Nous aimerions que vous nous expliquiez comment le travail des agents de l’Etat ce 16 mai alimentera la caisse spécifique créée pour collecter, nous dit-on, 2 milliards d’euros.

La formidable pagaille constatée le lundi de Pâques dans les départements du Gard et du Territoire de Belfort, les « solutions » multiples trouvées dans de nombreux secteurs pour conserver son caractère non-travaillé au Lundi de Pentecôte, montrent bien le rejet très majoritaire du diktat du Premier Ministre.

Nous opposons à cette charité l’exigence d’une vraie solidarité, nous exigeons que la question du financement de la dépendance soit posée d’une manière beaucoup plus équitable et durable.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous demandons de bien vouloir transmettre ce courrier à Monsieur le Premier Ministre, en lui indiquant que les collègues grévistes souhaitent que le Ministère du Budget reverse intégralement à la caisse spécifique créée, la somme correspondant aux retraits de salaire.

Nous vous prions de recevoir, Monsieur le Préfet, l’expression de nos salutations respectueuses.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr