Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

Audience IA du SNUipp le 19 Novembre

vendredi 26 novembre 2010

Cette rentrée scolaire mouvementée a généré de nombreux problèmes qu’il convenait de résoudre. Le SNUipp 36 a donc rencontré l’Inspectrice d’Académie ce 20 novembre. La délégation était composée de Luc Favre, Sophie Grenon et Erik Sarribouette .

Retenues pour faits de grève.

Le SNUipp 36 s’est étonné du fait que les journées de grève de mai à juin aient été retirées sur le seul salaire d’octobre. L’Inspectrice d’Académie a expliqué que cela était dû à la mise en place difficile d’une nouvelle application informatique – du doux nom de MOSART – par ses services. Cela va également entraîner le prélèvement de toutes les journées de grève de septembre et octobre sur le salaire de novembre. Le SNUipp 36 a réaffirmé son opposition à l’application MOSART, cet « outil » qui accompagne les suppressions d’emplois dans les services administratifs. Ce logiciel permet également de conserver des informations individuelles sur la participation des enseignants aux mouvements de grève. Désormais, les données sont rentrés par les secrétaires de circonscriptions ou les IEN, l’Inspection Académique ne sert plus maintenant que de relais. Pour l’administration, l’interfaçage doit être plus rapide entre les grèves et les retenues sur salaire.

-  Le SNUipp 36 a manifesté son opposition à ce que les collègues aient à payer les pots cassés de la mise en place de l’application. Le SNUipp 36 a dénoncé ce retrait des 8 journées de grève sur seulement 2 mois et a réaffirmé sa revendication de ne jamais avoir plus de 2 jours de retenue pour fait de grève par mois. Le SNUipp 36 a averti l’administration de sa grande vigilance désormais vis à vis de la mise en œuvre de cette procédure, et maintient ses consignes aux directeurs d’écoles .

Stages en responsabilité.

La mise en place de la réforme de la formation initiale a laissé de nombreuses zones d’ombres qu’il convient de résoudre au cas par cas.

Le cas des étudiants en Master 2 admissibles au concours hors de l’Académie a, après de nombreuses interventions du SNUipp, été résolu pour cette année (cf. p 5).

Le cas des personnes admissibles au concours et déjà titulaires d’un master « métiers de l’éducation » reste par contre à faire évoluer. L’année prochaine, plus d’une centaine d’étudiants seront concernés dans l’académie. Les textes actuels les déclareront non éligibles aux stages en responsabilité, alors qu’ils en sont également privés cette année.

- Le SNUipp 36 a demandé à l’Inspectrice d’Académie de faire remonter ce problème au niveau ministériel afin d’éviter de renouveler la cacophonie de cette année.

Échanges de poste : des problèmes d’équité.

Deux collègues dépendant d’autres départements sont actuellement contraints d’être en disponibilité dans l’Indre afin de pouvoir vivre proche de leur famille. Or les règles actuelles des permutations nationales informatisées les privent des 50 points de « séparation effective » par année de séparation.

- Le SNUipp a demandé à l’Inspectrice d’Académie de transmettre au ministère les revendications des deux collègues membre du collectif « mutez-nous »

Rythmes scolaires : ne pas se tromper de débat.

-  Le SNUipp 36 a renouvelé ses propositions exprimées lors de la dernière Commission Départementale de l’Éducation Nationale .

L’Inspectrice d’Académie nous a confirmé avoir transmis au recteur les revendications du SNUipp 36, notamment concernant l’alternance 7/2 (7 semaines de travail pour 2 semaines de vacances).

Congé exceptionnel : à quand les décrets ?

Le texte sur le congé d’accompagnement d’une personne en fin de vie ou de solidarité familiale a été modifié en juillet 2010 et depuis aucun décret d’application n’a été publié ! Les textes prévoient qu’à l’issue de ce congé, le salarié récupère son poste ou un poste équivalent. L’inspectrice d’académie nous a assuré d’un traitement humain de ce genre de situation si elle se présentait. Dans ce cas, la situation serait vue en CAPD pour les cas particuliers lors des phases du mouvement.

- Le snuipp 36 a dénoncé la lenteur de l’administration dans la mise en œuvre par décret de mesures plus justes pour la profession. Un recours auprès du Médiateur de la République va être déposé par le SNUipp 36 pour faire accélérer son application.

Situation AVS / EVS : méli-mélo de nouveaux textes.

Plusieurs EVS nous ont alerté sur le déroulement du plan de formation prévu dans les contrats CUI (Contrat Universel d’Insertion), en effet, les personnels n’ont pas tous leurs formations dans les mêmes conditions. Le mercredi est le jour de la formation de base proposée par l’inspection académique (incluse dans les 60 heures de formation). Mais rien n’empêche ces personnels de s’inscrire dans des stages du Plan Académique de Formation qui, alors, peuvent se dérouler sur le temps scolaire. Néanmoins, il existe une profonde inégalité de traitement vis à vis des remboursements de frais de déplacement entre les personnels du 1er degré et ceux du 2nd degré : les établissements disposent dans leur budget de lignes ouvertes pour ces frais alors que cette enveloppe est quasi inexistante pour le 1er degré ! Dans ces « nouveaux » contrats CUI, il est aussi prévu dans le cadre de « l’accompagnement du salarié » qu’ils aient un tuteur. Dans les écoles, à votre avis, devinez sur qui cela va probablement tomber ? le directeur, pardi ! Dernière clause prévue dans ces contrats, un référent doit être affecté au suivi du parcours de ces salariés (au niveau départemental ?)… L’inspectrice d’académie nous a confirmé, que pour l’instant, sur ces 2 clauses du contrat, rien n’était effectif ni mis en place dans le département…

-  Le SNUipp 36 sera bien évidement partie prenante dans le choix du protocole de tutorat et de référent, en veillant à ce que cette tâche ne soit pas confiée sans compensation (horaire ou financière). Le SNUipp 36 dénonce l’absence de frais de déplacement pour les AVS/EVS du premier degré qui se lancent dans une formation professionnalisante. Cette question sera traitée au niveau national. Le SNUipp continue à réclamer des « vrais » emplois pérennes pour les écoles, avec une formation initiale et un plan de carrière.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr