Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

Manifestation nationale du 10 février : les suites de l’action.

vendredi 11 février 2011

Des couleurs pour l’école. C’est le message délivré lors de cette journée de grève où un enseignant sur trois était en grève selon le SNUipp. (Un sur cinq selon le ministère qui ne comptabilise que les enseignants soumis au SMA).

De belles manifestations se sont déroulées, avec plus de 2 000 personnes à Rennes, Rouen, Grenoble ou Lyon, plus de 3000 à Marseille et plus de 7 000 à Paris. A Châteauroux, nous étions 200, le rassemblement était précédé d’une assemblée générale au cours de laquelle il a été décidé de sensibiliser nos concitoyens par des tractages dans les établissements et lieux publics aussi massivement et régulièrement que possible. Lors du rassemblement, la Place de la République a été rebaptisée Place de la révolte citoyenne, afin de marquer notre profond désaccord avec la politique d’éducation menée actuellement, tant sur le plan national que départemental. Nous avons aussi organisé un lâcher de 70 ballons, chaque ballon symbolisant un poste perdu pour le département. Chaque ballon porte une étiquette indiquant qu’il est un poste d’enseignant perdu pour l’Indre. La personne lisant ce message est priée de rapporter ce poste à l’inspection académique de l’Indre !! Ce rassemblement a été l’occasion de dénoncer, une nouvelle fois les lacunes de la formation des enseignants aujourd’hui. C’est certainement pour cette raison que nous avons constaté la présence active de nombreux professeurs des écoles stagiaires en colère.

Partout en France des initiatives originales : Le forum de discussions de Rennes a rassemblé plus de 200 personnes. A Limoges des ballons noirs ont été lâchés pour symboliser les postes perdus alors que dans la manifestation parisienne le Val d’Oise les matérialisait par des masques blancs au milieu des fumigènes. A Pau, le roi Henri IV et sa cour ont rendu visite – en costumes – à l’inspecteur d’académie et à Saint-Etienne le tramway a été bloqué pendant un bon moment. A Tours, les collègues ont symboliquement muré l’Inspection académique.

Les raisons de se mobiliser perdurent. Dans tous les secteurs de la fonction publique les suppressions de postes successives ont des conséquences sur le service public. Dans les écoles ce sont les remplacements qui « mettent » le feu en ce moment et ce ne sont pas les déclarations du ministre qui vont l’éteindre. Le 19 mars, le Collectif des 25 appelle les enseignants à manifester à Paris et en province dans les académies, c’est la prochaine étape. . En complémentarité de cette grande action nationale initiée par la FSU, le SE-UNSA36 appelle à une journée de grève et de manifestation fin mars.

Vous pouvez consulter ici le sondage CSA commandé par le SNUipp : L’opinion des français sur l’école :

PDF - 268.2 ko
Opinion_des_Francais_sur_l_ecole_SNUIPP_-1

Vous pouvez aussi avoir des images de la manifestation sur le site de bittv, rubrique émission, journal en date du 10 février.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr