Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

Formation/insertion des emplois-aidés

jeudi 14 avril 2011

Suite à ses engagements pris en novembre, la Direction Générale des Ressources Humaines a brossé un rapide tableau de son action pour l’insertion professionnelle des emplois aidés de l’éducation nationale (au nombre 46 800 au 28 février 2011, dont 46% de missions AVS, 34% aide administrative à la direction d’école et 20% sur d’autres fonctions, notamment administratives).

Pour l’instant, 16 académies proposent un parcours de formation à distance (bureautique, internet et « développement personnel » sic ! ) qui concerneraient 15 000 EVS d’ici à la fin de l’année. Des actions de formation, qualifiante ou diplômante, financées par le Fond social européen sont mises en œuvre dans 10 académies et concerneraient 10 000 EVS. La DGRH envisage également de développer l’accès des EVS à des stages d’immersion en entreprises.

Au final, sans rentrer dans le détail des formations proposées et sans faire le tri entre les intentions affichées et leur réalisation, la moitié des EVS sont encore exclus des actions de formation.

- La FSU a rappelé que la plupart des « précaires » du premier degré n’entrent pas dans le champ de l’accord qui vient d’être signé par plusieurs organisations syndicales sur la sécurisation des parcours professionnels. Il en est ainsi des AED qui exercent des missions d’AVS pour les élèves en situation de handicap. La FSU réitère sa demande de création d’un cadre statutaire pour la professionnalisation des missions exercées par les AE et EVS.

- La FSU a rappelé que le MEN employeur devait avoir une obligation de résultat concernant l’insertion et que l’on partait de très bas. Fin 2007, seulement entre 10 et 14% des EVS ont bénéficié d’une formation « allant au delà de l’adaptation au poste de travail » (contre 25% des emplois aidés du secteur marchand).

- La FSU a également rappelé que le MEN devait engager les actions de formations auxquelles ces personnels ont droit. On ne peut pas se contenter de formation à distance.

- La FSU a par ailleurs attiré l’attention du MEN sur le rôle des directrices et directeurs d’école qui ont aussi des responsabilités en tant que tuteurs. Elle a demandé que des moyens soient dégagés pour la formation.

Formation légale due aux emplois-aidés

La convention des EVS embauchés en CUI-CAE « prévoit des actions de formation professionnelle et de validation des acquis de l’expérience nécessaires à la réalisation de son projet professionnel » selon le code du travail. Ces personnels ont notamment à 2 types de formation.

- DIF : les EVS ont droit à 6h pour un contrat de 6 mois / 20h hebdo, la formation doit se faire sur temps de travail selon la division des affaires financières du ministère.

- professionnalisation : Les EVS ont droit à 80h de « professionnalisation » pour « favoriser le maintien dans l’emploi ». Cette formation se déroule en principe sur le temps de travail, selon le ministère du travail. Si elle se déroule en dehors, elle ouvre droit à une allocation de formation (50% de la rémunération nette de référence) comme le DIF.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr