Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

CDEN du 13 juin 2005

mercredi 29 juin 2005

Le préfet a décidé de réunir les membres du CDEN pour recueillir leur avis la volonté très affichée de transformation du tissu rural. Les organisations syndicales présentes (FSU et SE-UNSA), les fédérations de parents d’élèves FCPE et PEEP, les représentants des Maires et d’organisations partenaires de l’école (éducation populaire).

Après nous avoir fait une jolie démonstration au vidéoprojecteur de tableaux, de chiffres, de courbes, nous avons vite compris que l’intention du Préfet était de favoriser au maximum les regroupements de communes (intercommunalités, pays, communautés de communes), avec la prise en charge de la compétence scolaire. Il est évident que les élus choisissent eux-mêmes la politique qu’ils désirent mettre en place. Si une communauté de communes, on va dire progressiste, choisit la compétence école, on peut s’attendre à ce que les deniers publics viennent abonder tout ce qui touche de près ou de loin à l’école, dans le but de favoriser l’attente des usagers. Mais tous les politiques ne sont pas sur cette ligne de conduite ... notre ministère non plus !

Sur fond de désengagement de l’Etat, de réduction des effectifs de fonctionnaires, des décrets sur les « réseaux des écoles » existent, depuis l’an dernier. Si la réflexion sur l’école en milieu rural est nécessaire, elle ne peut aboutir d’une part à une solution unique, d’autre part à vouloir instituer les réseaux d’écoles . La tentation du gouvernement a été forte à plusieurs reprises de vouloir engager l’école dans la voie de son évolution vers l’EPLE (statut des collèges). Ainsi la « fusion » des écoles et la globalisation des effectifs pourrait ainsi permettre les économies budgétaires recherchées par le gouvernement.

Nous restons très vigilants sur les suites de cette consultation et nous consacrerons au cours du 1er trimestre un dossier le plus complet possible sur l’école rurale dans l’Indre. A ce titre, nous aurons besoin de la collaboration de tous pour faire un état des lieux objectif et proposer des pistes de réflexion par la prise en compte des revendications des personnels, pour coller au mieux aux attentes de la société de la société vis-à-vis de l’école.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr