Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

Lundi de Pentecôte

mardi 30 août 2005

Le « comité de suivi et d’évaluation de la journée de solidarité » a rendu son rapport

« Bientôt de nouveau au soleil le lundi de Pentecôte », comme le titrait Libération pendant l’été !

En effet, le rapport du comité sus-nommé est sans guère d’ambiguïté. Comme il le souligne, pour aider les personnes âgées et handicapées, « il faudrait mieux s’organiser autrement ».

Autrement dit, la formidable trouvaille de Raffarin n’aura pas survécu longtemps à son départ.

En résumé, le rapport qui dresse un bilan « contrasté » indique que :
- l’idée était bonne
- sa mise en œuvre fut un fiasco
- ce serait dommage de se priver des 2 milliards d’€uros que les 0,3 % prélevés sur les revenus salariaux et financiers(?) ont rapporté.

Pour la suite maintenant (en 4 points) :
- Le rapport propose d’abandonner toute référence au lundi de Pentecôte. Nous citons : « laisser les entreprises et les administrations organiser librement dans l’année le travail d’une journée de solidarité ... Il appartient aux services publics de montrer l’exemple, en recherchant les accords permettant d’utiliser au mieux les sept heures ainsi travaillées ».

- Pour les enseignants, la proposition est d’allonger la pré-rentrée.

Nous citons encore : Dans l’Education Nationale, « il paraît souhaitable que ne se renouvelle pas en 2006 la situation très peu satisfaisante observée le 16 mai dans les écoles, collèges et lycées ».

Suivent plusieurs phrases qui évoquent surtout le second degré et qui parlent de deux demi-journées de concertation sur le contrat d’objectif entre l’établissement et l’autorité académique, dans la période de pré-rentrée. Le 1er Ministre (le nouveau) a d’ailleurs déjà demandé au Ministre de l’Education Nationale de lui faire des propositions et cela avant la rentrée !

- Le troisième point propose de davantage taxer le patrimoine « pour mieux répartir l’effort de solidarité ». Il est suggéré « d’augmenter la part des prélèvements sur les revenus du patrimoine et les revenus de placement. De même, dans l’hypothèse où l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune) ferait l’objet d’une nouvelle réflexion... la question de son affectation à la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie pourrait être utilement posée ».

- Le dernier point fait appel à la solidarité de proximité. Sous forme de « Téléthon sans collecte de fonds », un dimanche consacré à des initiatives de rencontres entre les générations pour résumer à gros traits.

COMMENTAIRES : Les conclusions de ce rapport sont sans grande surprise après la formidable pagaille et le tollé général enregistrés cette année. Si l’on peut les juger plutôt satisfaisantes sur la forme, il n’en est pas tout à fait de même sur le fond.

Le rétablissement du caractère férié du lundi de Pentecôte sera jugé positivement.

Les premières propositions émanant du rapport, en attendant celles du Ministre de l’Education Nationale, pourraient simplement consister à reconnaître un temps de travail que tous les enseignants effectuent réellement en période de pré-rentrée notamment, temps de travail non reconnu aujourd’hui.

Si le point 3 peut apparaître au premier coup d’œil comme intéressant en terme de Solidarité équitable, et peut-être même en terme d’efficacité de financement, on flaire pourtant la « grosse feinte » quand est évoquée l’ISF. D’ici à ce que les grandes fortunes au grand cœur abondent la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie en contrepartie d’une ristourne sur l’ISF, il n’y a pas forcément des kilomètres ! Et ça n’empêchera sûrement pas le travail gratuit pour l’ensemble des salariés de ce pays, salariés qui continueront à apporter la plus grande part des 2 milliards escomptés.

Il y a donc encore du chemin à faire pour prendre en charge de manière réellement équitable et totalement collective le financement de la vieillesse, de la dépendance et du handicap, ce que nous savons tous du domaine de l’indispensable.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr