Retour accueil

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

Serge Boimare : l’enfant et la peur d’apprendre : compte rendu de la réunion du 21/09/05

mardi 30 août 2005

JPEG - 4.7 ko
avec serge Boimare

Mercredi 21 septembre a eu lieu la conférence d’ouverture de l’Université des quatre saisons du SNUipp. Devant plus de 60 collègues, Serge Boimare (instituteur, rééducateur, psychologue et directeur du centre de recherche pédagogique Claude Bernard à Paris) a abordé le thème suivant :

« l’enfant et la peur d’apprendre : revenir aux sources de la curiosité avec l’aide d’une médiation culturelle ».

Nous avons tous, dans le cadre de notre pratique été déstabilisés face à des enfants qui refusent de rentrer dans les apprentissages. Quelles sont les origines de ce malaise qui nous remet souvent durement en question. Serge Boimare travail depuis une trentaine d’année sur ce sujet en ayant développé une stratégie pragmatique basée sur la médiation culturelle.

Une médiation culturelle, selon lui, peut avoir une ouverture littéraire, artistique ou scientifique. L’important est de trouver des figurations à ces sentiments parasites déclenchés par la situation d’apprentissage. Son travail s’est concrétisé par un ouvrage vendu à plus d’un million d’exemplaires dans le monde « L’enfant et la peur d’apprendre ».

1/ Un constat et une définition de l’échec scolaire :

15% des élèves entrent en 6ème sans les fondamentaux et, très souvent, ces élèves sont détectés dès la maternelle.

L’échec scolaire est envisagé alors comme la résultante de manques, de sous-entraînements. Ceci est vrai dans 50% des cas mais l’autre moitié s’envisage davantage sous l’angle de stratégies de renoncement de la part de l’élève.

Serge Boimare précise que nous avons la fâcheuse tendance à amalgamer les élèves qui ont bien besoin de l’aménagement d’un cadre favorable d’apprentissage et ceux qui ne peuvent pas s’appuyer sur leur pensée pour apprendre.

L’échec, pour ces élèves, c’est : « une organisation singulière qui se situe dans l’évitement » ; Ainsi les craintes infiltrent le développement intellectuel , l’élève est pris par autre chose ou bien il met en place des stratégies pour éviter que les craintes dues à l’apprentissage n’apparaissent.

Serge Boimare nous parle des élèves qui n’ont pas les capacités psychiques d’assumer les contraintes de l’apprentissage.

Ces élèves présentent les caractéristiques suivantes :
-  la curiosité est accaparée par des préoccupations primaires (voyeurisme, mégalomanie, sadisme)
-  les compétences psychiques sont fragiles.
-  Ils ont la phobie du temps de suspension résultant inévitablement du processus d’apprentissage.

Ces caractéristiques sont très souvent visibles :
-  Sous forme de relais passé au corps.
-  Sous forme d’inhibition.
-  Sous forme d’auto dévalorisation.
-  Des idées de persécution qui se développent.

2/Une proposition de pédagogie :

L’individualisation ne suffit pas. Il faut partir du postulat que ce qui créé la rupture avec l’apprentissage va devenir le lien avec celui-ci.

L’enseignant va devoir prendre appui sur les craintes de l’enfant en allant chercher les métaphores portées par la Culture.

Serge Boimare propose de s’appuyer sur les textes fondateurs de notre société (textes historiques, bibliques, mythologiques, romans, contes...).

En allant chercher ces métaphores, l’enseignant intervient sur les représentations des craintes de l’enfant, il lui permet de les mettre en forme et de passer de l’individuel à du collectif.

L’enseignant doit s’appuyer sur quatre piliers pour « relancer la machine à penser » :
-  intéresser ses élèves.
-  les nourrir.
-  entraîner leur fonctionnement culturel.
-  créer de l’énigme.

Pour conclure, Serge Boimare insiste sur la nécessité de faire parler les élèves au moins une heure par jour et de créer une indispensable dimension groupale au travail scolaire.

A méditer...

P.-S.

Les prochaines conférences
- Mercredi 25 janvier 2006 9h : Roland CHARNAY « La résolution de problèmes : une difficulté pour les élèves. Pourquoi ? Comment agir ?
- Mardi 28 Mars 2006 à 17h30 : Frédéric SAUJAT « la classe comme collectif de travail : de l’enseignement ordinaire à l’AIS et retour ».
- Juin 2006 (date à définir) Mireille BRIGAUDIOT « Proposition de nouveaux repères pour enseigner le lire-écrire au cycle 2 »

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 36

34 espace Mendès-France
36000 CHÂTEAUROUX
fixe : 02 54 07 61 39.
portable : 06.47.58.23.09.
mail : snu36@snuipp.fr