SNUipp-FSU de l’Indre
http://36.snuipp.fr/spip.php?article124
ENQUETE sur les écoles rurales de l’Indre
novembre / décembre 2005 / constats et perspectives
mardi, 15 novembre 2005

Pourquoi le SNUipp vous propose-t-il une telle enquête ?

Le lundi 13 juin dernier, le Conseil départemental de l’Education nationale, constitué de représentants d’élus, d’organisations syndicales, d’associations n’avait qu’un seul point à l’ordre du jour : « Réflexion sur l’évolution du réseau des écoles ». Des écoles et non d’écoles comme le fit remarquer d’entrée l’Inspecteur d’Académie, et la nuance était d’importance. La réflexion sur le regroupement des écoles ne date pas d’aujourd’hui : déjà en 1991 deux équipes de travail diligentées par la direction de l’information du ministère de l’Education Nationale avait rendu une étude complète intitulée « Agir ensemble pour l’école rurale ». Depuis près de 15 ans, l’Education nationale travaille sur le réaménagement de territoire : plusieurs réunions ont déjà été consacrées à ce thème en collaboration étroite avec le préfet de l’Indre. L’actuelle accélération de la réflexion sur la mise en réseau des écoles nous conduit à proposer, prioritairement aux collègues enseignant en milieu rural, une enquête de terrain. Nous présentons en amont de cette enquête deux sources d’informations. La première source concerne des chiffres présentés dans le document de travail du CDEN du 13 juin avec l’interprétation suivante de la part de l’Education nationale et du préfet : les RPI dispersés seraient en difficulté, les communes ne pourraient plus suivre, les parents d’élèves seraient très exigeants, les enseignants seraient isolés et livrés à eux-mêmes, et finalement l’école rurale serait une structure obsolète...et certainement coûteuse. La deuxième source concerne des constats non-présentés et émanant de l’Observatoire du l’Ecole rurale(OER) qui effectue depuis des années un suivi d’élèves de primaire. Voilà autant d’éléments d’informations que nous portons auprès des enseignants en milieu rural. Le retour de cette enquête nous sera indispensable pour faire un bilan objectif des situations, des vécus, des attentes. Ce bilan, dont vous aurez bien sûr connaissance, sera très précieux pour la pérennité d’une école rurale qui dispose de formidables atouts.

PDF - 78.6 ko
Questionaire enquête rural

Merci de télécharger notre enquête et de nous la renvoyer avant fin décembre pour nous permettre de traîter les données endant les vacances de Noël. (SNUipp de l’Indre ; 34 espace Mendès-France ; 36000 CHÂTEAUROUX)

Chiffres du document du cden :

Dans l’Indre, 37,25% de communes sans école ; 59% des écoles situées en zone rurale ; 40 RPI dont 5 concentrés ; 50 écoles à une classe (20,58% des écoles) ; 44 écoles à 2 classes ; l’ensembles des écoles à une classe et deux classes représente 38,68% des écoles du département ; une hausse de la population en milieu rural clairement constatée. Le rappel d’une déjà première restructuration du réseau scolaire en milieu rural était même fait : la constitution des premiers regroupements pédagogiques intercommunaux dès 1974 .

Constats de l’OER :

L’OER (Observatoire de l’Ecole rurale) constate que les résultats des élèves en école rurale sont meilleurs que la moyenne nationale et que les écoles qui marchent bien sont les petites écoles ;que la grande majorité des municipalités font des efforts considérables financièrement pour leur école de campagne au niveau du matériel et des transports mais qu’elles sont de plus en plus tributaires de dotations en baisse et de chantage financier ; que les écoles dispersées ne coûtent pas plus cher que les écoles regroupées ; que ce sont 500000 nouveaux arrivants qui ont été recensés en milieu rural depuis 5 ans recherchant, entre autre, un service d’éducation de proximité ; que les enseignants de milieu rural (RPI, écoles à 2 ou 3 classes) savent échanger et se retrouver tout autant sinon plus que dans les écoles de ville ; qu’enfin l’école de village préserve encore le lien social et la solidarité, un lien si primordial aujourd’hui.