SNUipp-FSU de l’Indre
http://36.snuipp.fr/spip.php?article1391
Groupe de travail situations particulières du 5 juin 2014 : compte rendu et idées …
jeudi, 5 juin 2014
/ Sophie Grenon

Il semble que cette année, les demandes de reconnaissance de qualité de travailleur handicapé aient considérablement augmenté (14 cette année) . Au delà des situations classiques, s’il en est, de RQTH, il convient de se demander pourquoi, nos collègues sont de plus en plus « abimés ». Pourquoi ressentent-ils le besoin de faire, davantage qu’avant, reconnaître une situation difficile dans le but d’obtenir un poste qui leur permettrait tout simplement de faire leur métier dans de bonnes conditions. Nous voyons, entendons, recevons de plus en plus de collègues qui vivent mal dans cette école qui leur demande toujours plus. Au delà de la reconnaissance des situations de handicap, nous voyons également exploser le nombre de courriers accompagnant les listes de vœux au premier mouvement. Il conviendrait également de se demander pourquoi nos collègues ont besoin de spécifier, expliquer, insister sur leurs souhaits. Peut être parce qu’ils savent déjà qu’ils ne seront pas satisfaits à l’issue du premier mouvement, et que, sans deuxième liste de vœux, il leur est impossible de demander des postes correspondant à leurs attentes. Nous avons également étudié les situations de collègues en situation difficile, de blocage, voire d’échec dans leur carrière. Nous redisons ici qu’il faudra se pencher rapidement sur les possibilités offertes de détachement dans d’autres corps de la fonction publique. De la nécessité d’abonder en moyens la formation continue et les possibilités de congé de formation professionnelle, de la mise en œuvre effective du droit individuel de formation qui est très peu utilisé, de la validation des acquis de l’expérience et de la reconnaissance des acquis professionnels et des préparations aux examens et concours administratifs. Ce sont des droits que les collègues ne peuvent pas utiliser complètement faute d’informations et de moyens. L’action syndicale est aussi là pour permettre aux collègues d’avoir accès à toutes ces ressources. Il n’a pas été défini de bonification particulière pour les personnels reconnus handicapés, dans le but de ne pas scléroser d’avantage un mouvement intra départemental déjà limité. Toutes les situations sont néanmoins étudiées au cas par cas dans le but de s’approcher au plus près des préconisations médicales. Les organisations syndicales ont tout de même souhaité insister sur le fait qu’il est nécessaire de traiter tous les personnels en situations difficiles sur un pied d’égalité, quels que soient leurs vœux.