SNUipp-FSU de l’Indre
http://36.snuipp.fr/spip.php?article1450
Le SNUipp alerte sur le sort des écoles primaires
lundi, 24 novembre 2014
/ Raphaël Tripon

La nouvelle carte de l’éducation prioritaire ne prévoit pas de labelliser des écoles qui répondent aux critères mais ne sont pas rattachés à un collège en REP. Une situation injuste selon le SNUipp-FSU.

Le ministère vient de dévoiler ses premières décisions devant conduire à l’élaboration de la nouvelle carte scolaire de l’éducation prioritaire. Cette nouvelle carte exclurait de nombreuses écoles primaires qui répondent aux critères mais qui ne sont pas rattachées à un collège situé en REP (réseau d’éducation prioritaire). Une « situation incompréhensible » et des annonces qui « suscitent inquiétude et mécontentement » indique le SNUipp-FSU à la ministre dans un courrier daté du 21 novembre. Le syndicat, qui rappelle que enseignants, parents et élus se mobilisent dans de nombreux départements, demande que le classement en REP ne réponde pas uniquement à une logique administrative du réseau (collège et écoles du secteur), mais reconnaisse les difficultés sociales et scolaires avérées vécues dans toutes les écoles primaires du pays. A la suite d’un groupe de travail départemental sur l’éducation prioritaire, le DASEN a précisé que le collège Diderot d’Issoudun serait susceptible de rentrer dans le dispositif REP de plus qu’à l’échelle départementale il ne voyait pas d’écoles sortir du dispositif. Dans un contexte budgétaire contraint et sous couvert de rééquilibrage académique, le SNUipp-FSU36 ne se berce pas d’illusions. Il restera vigilant à toute mesure visant à la sortie d’écoles du dispositif. Enfin, il a été demandé que le caractère rural du département soit pris en compte dans la reconnaissance des difficultés et soit pris en compte dans l’intégration éventuelle du dispositif REP. Une dotation supplémentaire :

Pour le syndicat, « ces écoles ont absolument besoin des moyens attribués par le classement en éducation prioritaire : effectifs moins chargés, plus de maîtres que de classes, scolarisation des moins de trois ans, indemnités des enseignants pour stabiliser les équipes, allégement du temps d’enseignement en REP+ pour travailler en équipe avec les partenaires et développer les rencontres avec les parents ». C’est pourquoi le SNUipp-FSU demande qu’une dotation supplémentaire soit dégagée afin que toutes les écoles primaires répondant aux caractéristiques de l’éducation prioritaire obtiennent le classement REP qu’elles soient ou non rattachées à un collège REP. Après les discussions au niveau départemental, le syndicat souhaite qu’une concertation nationale se mette en place dès le mois de décembre pour s’assurer « qu’aucune école en situation difficile ne reste sur le bord du chemin ».