SNUipp-FSU de l’Indre
http://36.snuipp.fr/spip.php?article2332
Du vent, mais dans quelle direction (d’école) ?
lundi, 18 novembre 2019
/ Lucie

Il serait sûrement un peu rapide de parler de « vent de panique » soufflant sur le ministère ou plutôt sur le Ministre mais ce qu’il vient d’annoncer y ressemble beaucoup.

Dans un communiqué daté du 13/11 et déjà paru bien en évidence sur le site du ministère, il décrète un « moratoire, jusqu’à la fin de l’année civile, sur toutes les enquêtes pour lesquelles les directeurs auraient pu être sollicités ».

De plus, nous citons, « Pour faciliter la fin de l’année, une journée supplémentaire de décharge est allouée, pour tous les directeurs d’école, sur la période novembre-décembre 2019 ». Ces mesures d’extrême urgence, mais aussi d’une extrême difficulté (pour la seconde) à mettre en place sans délai, montrent à quel point les inquiétudes sont vives « là-haut ». Nous avons aussi la certitude que le Ministre n’informe ni les Recteurs, ni les Inspecteurs d’Académie au préalable et qu’il parle directement au peuple par voie de presse.

Par ailleurs, dans le cadre du « cycle de concertations sur les évolutions de la fonction de directeur d’école », il met sur pieds deux dispositifs.

Il faut savoir que le Ministre interrogé par le SNUipp-FSU a répondu que ce temps de réunion pouvait être récupéré sur une animation pédagogique, information relayée par les inspecteurs. Dans l’Indre, selon les circonscriptions les choix n’ont pas été les mêmes : déduction d’heures d’APC, déduction d’heures d’animations pédagogiques.

De manière générale, ces dernières semaines sont plus que marquées par un changement de ton radical du Ministre. Même si personne ne se fait d’illusion sur sa sincérité.

Le SNUipp-FSU invite tous ses collègues directrices et directeurs à investir ces lieux d’expression, à parler vrai, ferme et ensemble et à s’emparer du questionnaire ministériel.

Le Ministre veut du vécu, du concret ; nous pouvons lui en servir une multitude d’exemples. Mais personne ne doit être naïf. Si le Ministre bouge c’est uniquement sous la contrainte. Ne lui laissons ni le temps, ni l’espace pour manœuvrer. Si le « dossier » de la direction d’école est emblématique du manque, voire de l’absence de reconnaissance vis-à-vis de l’école et de ses personnels, il doit être un levier pour l’école, son fonctionnement, tous ses personnels.

Le SNUipp-FSU a édité un 4 pages sur la direction d’école avec un entretien de Claude Lelièvre, historien, qui retrace les envies libérales de la droite depuis de nombreuses années pour arriver au statut du directeur. Celui explique que les enjeux ne se situent absolument pas sur ce type de réponse.

PDF - 3.5 Mo

Ces propositions sont une première réponse aux insistances du SNUipp-FSU afin que le ministre rende concret ses engagements, mais elles sont insatisfaisantes pour répondre aux réalités du quotidien des directrices et directeurs comme de celles du fonctionnement des écoles.

Le SNUipp-FSU a proposé 15 mesures qui auraient pu être prises immédiatement. Sur l’allègement des tâches, le travail entamé avec le ministère précédent dans le cadre des chantiers métier devrait pourtant permettre une accélération rapide.

PDF - 154.8 ko

De même, s’il est important que les équipes s’emparent du questionnaire ministériel pour mettre en avant les besoins, cela ne doit pas être un prétexte à attendre. D’ores et déjà, il s’agit de travailler à la création d’emplois avec formation et qualification pour aider les directrices et les directeurs dans un ensemble de tâches d’accueil, de secrétariat, d’aide technique et ainsi leur permettre de se consacrer à l’animation et à la coordination de l’équipe et des projets.