SNUipp-FSU de l’Indre
http://36.snuipp.fr/spip.php?article343
Historique
suppression du samedi matin /
mardi, 3 juin 2008

C’est par la presse que les enseignants ont appris, fin septembre 2007, qu’il n’y aurait plus classe le samedi matin. Le SNUipp a parti- cipé, avec le SE et le SGEN, aux discussions qui ont suivi avec une triple volonté :

- faire reconnaître le temps de travail déjà effectué par les enseignants en dehors de la présence des élèves,
- assurer aux équipes des écoles la maîtrise de la conception et de la mise en oeuvre des dispositifs,
- maintenir la prise en charge du traitement de la difficulté des élèves sur le temps scolaire.

Le SNUipp a décidé de consulter les enseignants : si ces derniers n’ont pas remis en cause la suppression du samedi matin (plus de 61% sont pour), ils sont apparus partagés sur le bien-fondé du dispositif (seulement 42% approuvent la suppression de 2 heures d’enseignement pour tous les élèves) et ils ont très majoritairement désapprouvé l’usage proposé de ces 2 heures. Plus de la moitié estime qu’elles ne peuvent constituer une réponse efficace aux difficultés d’apprentissage. En conséquence, le SNUipp, après avoir jugé les modifications apportées au texte comme très insuffisantes, et après avoir une nouvelle fois consulté les enseignants, a décidé de ne pas signer le relevé de conclusions, appréciation partagée par près de 80% des enseignants consultés.

Les deux circulaires d’application qui viennent d’arriver dans les départements ne règlent pas les questions majeures que le SNUipp a pointées : politique de lutte contre la difficulté scolaire, inégalités entre écoles, transports scolaires, rôle des IEN...