SNUipp-FSU de l’Indre
http://36.snuipp.fr/spip.php?article410
Conseil de formation du 21 octobre 2008 : On liquide les stocks !
lundi, 10 novembre 2008

N’oublions pas : Avec la disparition en septembre 2010 de la formation initiale des PE2, le plan de formation continue de l’année prochaine sera le dernier utilisant les PE2 comme moyen de remplacement. Cela implique la disparition de tous les stages 3 semaines, soit près de la moitié du temps de formation continue !

C’est aussi pour cela le SNUipp se bat pour le maintien d’une formation initiale forte, en alternance dans les classes des collègues, pour permettre à tous de profiter d’une formation de qualité sur des stages long.

Pour cette année, nous bénéficierons encore de 6 stages de 3 semaines parmi les 7 proposés (un stage sera annulé en fonction des candidatures en septembre 2009). - Découverte du monde (cycle 1) - Le langage à l’école maternelle (cycle 1) - Numération (cycle 2) - Littérature (cycles 2 et 3) - Sciences et technologie (cycle 3) - Histoire des arts (cycle 3) - Habilitation à l’anglais (tous cycles)

Pourquoi 6 stages au lieu de 7 ? Parce qu’une conséquence du protocole d’accord de direction (que seul un syndicat a accepté de signer, ce qui a permis sa mise en place), implique pour les sortants IUFM 3 semaines de formation initiale prise sur les crédits de formation continue. Conséquence : un des stages longs normalement destiné à la formation initiale est depuis l’année dernière mobilisé pour de la formation initiale des directeurs.

Le SNUipp se bat depuis le début pour que la diminution des heures de formation initiale des stagiaires IUFM ne soit pas corrigée par des crédits de formation continue. C’est parce que nous avions analysé finement ses implications induites que le SNUipp a refusé de signer le protocole d’accord de direction.

Enfin, le SNUipp se bat toujours pour le retour à une préparation à l’examen de maître formateur (CAFIPEMF) suivant les modes que nous avions proposés et obtenus en septembre 2007 (remplacement 1j par semaine par un stagiaire IUFM).
Cette formule, l’année dernière, a permis la réussite de 8 collègues à l’examen, alors que le taux habituel de réussite est de 3.

Luc Favre