SNUipp-FSU de l’Indre
http://36.snuipp.fr/spip.php?article441
Mouvement départemental : INQUIETUDES !!
vendredi, 13 février 2009
/ Sophie Grenon

MOUVEMENT DÉPARTEMENTAL : inquiétudes suite au groupe de travail du 19 janvier.

- Comment travaillent les IA et le Recteur :

Dans la ligne de la note de service ministérielle portant sur la « mobilité des enseignants », note parue en novembre. L’idée première, nous dit-on, est d’harmoniser les pratiques départementales et non pas de les homogénéiser. Avec ce qui va suivre on a un peu de mal à trouver la nuance !

- Ce qui ne change pas : Les titulaires d’un poste participent s’ils le désirent, les collègues nommés à titre provisoire, obligatoirement. Le calendrier reste à peu près le même .Le nombre de phases est toujours de 3 (fin mai-fin juin-fin août).

- Ce qui va poser de (gros) problèmes : Le barème : Peu de modifications sinon la priorité donnée aux enseignants handicapés (pas de cas recensé pour le moment). Par contre un nombre croissant de postes à profil qui va permettre à l’administration de contourner un peu plus aisément ces règles départementales élaborées conjointement et qui permettent un maximum d’équité.

La suppression de l’avis de participation ! Ce n’est pas discutable puisque figurant en toutes lettres dans la circulaire ministérielle ! Cette suppression, uniquement dictée par l’objectif d’allègement du travail des services de l’IA, va totalement à l’encontre d’un souci de clarté, de transparence. C’est totalement contradictoire avec l’objectif d’améliorer la mobilité des enseignants. Les conséquences sont évidentes. Les plus jeunes d’entre-nous seront les plus touchés. Une seule liste de postes vacants (donc identifiables) et tous les autres postes des 234 écoles de l’Indre seront susceptibles d’être vacants (ce sera un véritable annuaire) !

Un nombre de vœux limité à 30 : La limitation du nombre de vœux à 30 figure comme une possibilité dans la circulaire ministérielle, pas commune une injonction. Nous l’avons spécifié. Nous avons fait savoir à nos interlocuteurs qu’il serait très dangereux de descendre en dessous de 50 vœux. Sur ce point nous n’avons pas été entendu. Il faut aussi savoir que dans le cadre de ces 30 vœux s’y glisseront des vœux dits « géographiques » (6 zones départementales) et une « zone commentaire » que nous craignons être une« zone fourre-tout ».

Une seule « émission » de vœux : Alors que la plupart des postes en services partagés seront formés courant juin, comment les personnels les identifieront-ils ? Il semblerait que ce soit les vœux sur zones géographiques qui départageront les collègues … beaucoup de flou, d’inquiétude et peu de transparence. Les risques sont majeurs que bon nombre de participants au mouvement finissent par être nommés loin, très loin (et pas uniquement en distance) de leurs vœux !

La première affectation des PE sortants : L’« idée » est de faire participer les PE sortants de l’IUFM en même temps que les titulaires, sur des postes dits protégés. C’est une hérésie, la certitude absolue de les noyer, celle de ne leur donner aucune chance d’obtenir un poste demandé. De plus, le risque est grand de voir des nominations d’autorité de collègues titulaires comme ce fut la cas il y a 2 ans sur un poste d’UPI.

Le rôle des CAPD limité : Les CAPD ne seraient plus nécessairement consultées. Après l’insistance des 2 orga présentes, l’IA semble accepter qu’une CAPD se tienne MAIS après le 1er mouvement. On serait uniquement informé des décisions prises. Nous devons faire évoluer ce point.

- En conclusion provisoire : C’est un très grand flou qui règne. Avec un ministère et un rectorat dont les objectifs réels ne sont pas d’améliorer le système mais bien de le soustraire autant que possible au contrôle de la profession, on ne peut que nourrir des inquiétudes. Mais on peut aussi et surtout tout faire pour convaincre l’Inspecteur d’Académie de ne pas jouer aux apprentis sorciers et risquer de mettre par terre un système qui donne sinon toute, en tout cas grande satisfaction.

… à suivre !

Brigitte Nicolas