SNUipp-FSU de l’Indre
http://36.snuipp.fr/spip.php?article575
Réforme de la formation initiale : Qui peut croire qu’enseigner ne s’apprend pas ?
mardi, 8 juin 2010

Une formation initiale réduite à sa plus simple expression

Les lauréats du concours de juin 2010 – promo de transition – vont se retrouver seuls en responsabilité dès la rentrée de Toussaint dans les classes du département. Leur unique formation consistera à de l’observation, les 8 premières semaines, dans la classe d’un enseignant titulaire du diplôme de maître formateur. Puis ce sera 5 semaines à l’IUFM …en milieu d’année ! et puis ce sera tout !

L’Inspection d’Académie n’a encore pas claire-ment décidé de comment seraient attribuées ces classes d’entrée dans le métier. Dans l’Indre, on s’oriente vers des services partagés, mais rien n’est encore sûr. En septembre 2010 aura lieu une seconde session de concours pour les personnes inscrites dans un master 2 (bac+5), ils auront alors une formation semblable à celle dispensée actuellement en 2° année d’IUFM (avec très peu de stages en responsabilité) mais sans rémunération.

Et c’est là toute l’astuce de la prétendue « revalorisation » de l’entrée de carrière : les augmentations de salaire des 3 premières années ne sont en fait qu’un report sur celles-ci de l’année de stagiaire qui n’est plus payée !

Et pourtant le projet a déjà énormément évolué

Sous la pression du SNUipp et des Universités (dont les IUFM font désormais partie), le projet initial a déjà beaucoup évolué, et la situation actuelle, pourtant catastrophique aurait pu être bien pire.

SNUipp Le SNUipp a obtenu :
- Une prise de fonction après les vacances de Toussaint.
- La mise en place de masters « métiers de l’éducation ».
- L’intégration des IUFM dans l’organisation de ces masters non disciplinaires.
- L’avancement des épreuves d’admissibilité au début du master 2.

Mais la situation n’est pour le moins pas satisfaisante, c’est toute une refonte de l’entrée dans le métier qu’il faut entreprendre :
- Pour éviter des souffrances infligées à nos jeunes collègues ;
- pour le confort des enfants qui nous sont confiés ;
- pour la crédibilité du système éducatif publique et laïque.

Le syndicat n’est que le reflet de ce que les enseignants mobilisés en font. La modification en profondeur de cette réforme dépend de nous tous. Ne nous laissons pas endormir. Réagissons.

SNUipp Le SNUipp demande :
- Un moratoire sur le projet actuel et l’ouverture d’une large concertation sur l’avenir de la formation initiale.
- L’année de fonctionnaire stagiaire à mi temps en classe.
- Une véritable filière de préparation Master, rémunérée, dédiée au métier de maître d’école, assurée par les IUFM dans le cadre des Universités.
- Un concours basé sur des connaissances didactiques dont l’épreuve d’admission serait reconnue par un niveau master.