SNUipp-FSU de l’Indre
http://36.snuipp.fr/spip.php?article704
Nouvelle formation des Professeurs des Ecoles Stagiaires : Le SNUipp à l’écoute.
vendredi, 11 février 2011

Mode opératoire

Au cours de leur seule et unique session de formation de 4 semaines de l’année, le SNUipp/FSU a demandé à tous les PES qui le désiraient de remplir un questionnaire sur leur vécu quant à leur formation.

Le dernier jour du stage, nous avons réuni les collègues stagiaires pour discuter des réponses apportées au questionnaire. Ils ont ainsi pu formuler librement des propositions d’amélioration de leur formation.

21 collègues sur 27 sont venus à ces réunions. Nous vous proposons ici une synthèse des propositions issus de ces deux réunions. Le contenu complet des questionnaires est disponible dans le document ci-dessous :

PDF - 133.2 ko
Regroupement des réponses au questionnaire adressé aux PES

Les originaux anonymés des questionnaires sont consultables au local du SNUipp.

Analyse des données et synthèse des discussions.

Trois problèmes majeurs

Les PES ont demandé unanimement trois changements à apporter à la formation actuelle :

- Avoir une réelle distinction entre les formateurs et les évaluateurs.
Depuis cette année, ce n’est plus l’IUFM mais l’Inspection Académique qui se charge de l’organisation de l’année de PES. Les collègues sont suivis par un maître référent (titulaire du CAFIPEMF), un conseiller pédagogique et un professeur d’IUFM qui viennent les voir deux fois chacun dans l’année. Le hic, c’est que ces collègues doivent également remplir une grille d’évaluation qui est communiquée à l’Inspecteur (qui les validera en fin d’année). Du coup, personne dans la formation n’est déconnecté du rôle d’évaluateur final. Les PES sont donc contraints avec toutes les personnes qui les suivent à une démarche de séduction. Personne institutionnellement pour les secourir quand ils sont en perte de confiance.

SNUippLe SNUipp/FSU 36 demande :
- A ce que les Tuteurs des stagiaires n’aient aucun lien avec le processus d’évaluation.
- A ce que ce tutorat soit institutionnellement un réel accompagnement des collègues une fois en poste et ne se limite pas à 2 visites dans l’année.

- 1 journée de formation par semaine (synchronisée avec la journée de décharge du tuteur).
Les PES sont actuellement en stage de pratique accompagnée jusqu’à la Toussaint dans la classe de leur tuteur, puis reçoivent 2 sessions de 2 semaines de stages à l’IUFM (en décembre en janvier)... et puis c’est tout ! Ces deux semaines regroupées ainsi posent plusieurs problèmes :
- La perte du contrôle de la classe sur 2 semaines nécessite de nouveau une période de réappropriation de celle-ci à chaque retour de stage.
- Il est impossible, passé la Toussaint, de retourner dans la classe de son tuteur.
- Aucun moment n’est prévu à la fin de l’année pour se mener à une analyse du vécu des pratiques.

SNUippLe SNUipp/FSU 36 demande :
- A ce qu’une journée par semaine soit dégagée tout au long de l’année à la place des stages, journée synchronisée avec la journée de décharge du tuteur.
- La possibilité pour chaque PES d’organiser son temps dégagé en fonction de ses besoins (visite dans la classe du tuteur référent, travail personnel, visite d’autres classes et bien sûr formation à l’IUFM).

- Être présent dans la classe d’affectation la première semaine.
Actuellement, les PES ne rencontrent leurs élèves pour la première fois que 2 semaines avant les vacances de Toussaint. Cela soulève plusieurs problèmes :
- Les élèves ont du mal, après 8 semaines avec un premier enseignant, à accepter ce « nouveau venu » comme le titulaire de la classe.
- Les programmations, les choix pédagogiques, les commandes de matériel de classe... se font en l’absence du PES (le privant d’un temps éminemment formateur), qui doit donc faire avec en découvrant tout cela deux semaines avant la Toussaint.
- Les PES ne savent toujours pas ce que c’est qu’une première journée de rentrée scolaire (puisque cette année, ils étaient à l’IUFM ce jour là !)

SNUippLe SNUipp/FSU 36 demande à ce que les Professeurs des Ecoles Stagiaires effectuent (en pratique accompagnée) la première semaine de la rentrée dans l’école de leur classe de rattachement et co-élaborent les programmations, les commandes de classe avec le collègue remplaçant.

Des ajustements nécessaires

Beaucoup de points sont à améliorer, et les propositions ne manquent pas. Parmi celles qui font consensus, nous pouvons citer :

- Intégrer les classes deux semaines avant la rentrée de Toussaint.
Actuellement, les PES se retrouvent seuls devant élèves le jour de la rentrée des vacances de Toussaint. Ils n’ont donc pas de temps pour analyser leur « première classe » et ainsi pouvoir rapidement ajuster leur pratique.

SNUippLe SNUipp/FSU 36 demande à ce que la prise de fonction effective de la classe se déroule 1 ou 2 semaines avant les vacances de Toussaint afin de permettre un réajustement des pratiques pendant ces vacances.

- Ne pas intervenir dans la classe de son tuteur.
Quelques collègues PES interviennent en tant que Brigade de services partagés. Parmi eux, certains interviennent dans la classe qui leur a servi de lieu de pratique accompagné, et il s’avère très difficile pour les élèves d’accepter ce changement de statut. Par contre, les PES qui interviennent dans l’école du tuteur, mais dans une autre classe, peuvent bénéficier de sa proximité.

SNUippLe SNUipp/FSU 36 demande à ce que les collègues PES nommés sur des services partagés effectuent le remplacement d’au moins un collègue de l’école de leur tuteur (à l’exception de celui-ci).

- Une plus grande autonomie dans la préparation à la prise de fonction
Cette année, les PES disposaient de 2 journées banalisées (une pour chaque semaine qui précédait les vacances de Toussaint) pour se rendre dans leur classe d’affectation avant leur prise de fonction. Certains PES n’ont pu assister à un jour de classe standard (sortie scolaire, collègue malade...), d’autres n’ont pu prendre pleinement connaissance de l’organisation pédagogique de la classe. Enfin, les besoins de chaque stagiaire sont différents, et une demande claire vers plus d’autonomie dans les modalité de prise de fonction a été exprimée par les PES (prise en main de la classe seuls ou en pratique accompagnée, travail dans l’école avec les collègues...).

SNUippLe SNUipp/FSU 36 demande la possibilité de se rendre à volonté dans l’école les 2 semaines avant la prise de classe pour préparer de manière individualisée la prise effective de fonction.

- Être remplacé par un collègue expérimenté.
Les PES sont remplacés dans leur classe jusqu’aux vacances de Toussaint pendant qu’ils sont en pratique accompagnée dans la classe de leur tuteur. Or, actuellement, très peu sont remplacés par des collègues expérimentés (remplacés par : NT2 : 7 ; NT1 :4 ; ZIL : 4 ; Départ à la retraite : 2 ; brigades : 1 ; Congé formation : 1). Cela représente un réel problème pour les PES qui ont besoin de prendre possession de leur classe à la Toussaint en toute confiance et sous les conseils bienveillants de leur remplaçant.

SNUippLe SNUipp/FSU 36 demande à ce qu’aucun NT1 ou NT2 ne soit nommé sur ces remplacements.

- Voir tous les cycles pendant la période de compagnonnage
Actuellement, les PES sont confrontés à un seul niveau de classe sur toute l’année, et puis ce sera tout pour leur formation. Les PES nommés en maternelle n’auront jamais mis les pieds en élémentaire et vice versa ! Qui ose appeler cela de la formation professionnelle initiale ?

SNUippLe SNUipp/FSU 36 demande à ce qu’au minimum un passage dans une classe de chacun des trois cycles soit effectué pendant la période qui précède la Toussaint.

Une autre formation est possible

N’oublions pas néanmoins qu’au delà des améliorations à apporter au système actuel de "formation initiale", c’est l’ensemble de cette nouvelle formule qui est à remettre en cause.

De nombreuses propositions ont été avancés par les PES pour refondre cette formation (cf. document ci-dessus). Après discussions et débats, la formule la plus adaptée semblerait une formation en alternance d’un an (avec de nombreux stages à l’IUFM notamment), en étant nommé à 2 PES sur une classe.

SNUippUne première année de formation à mi-temps fait partie des revendications Nationales du SNUipp/FSU pour le début de carrière.

PES : Professeur des Ecoles Stagiaires.